International
URL courte
9537
S'abonner

Selon l’envoyé spécial américain pour le Venezuela, Moscou et Washington ont trouvé un terrain d’entente quant à la profondeur de la crise qui affecte le Venezuela mais leurs positions à l’égard du Président Maduro restent éloignées.

Les négociations russo-américaines portant sur la crise au Venezuela ont été positives et substantielles, mais les deux parties sont toujours divisées quant à la légitimité du Président Nicolas Maduro, a déclaré mardi l'envoyé spécial états-unien pour le Venezuela Elliott Abrams.

«Nous ne sommes pas arrivés à une "rencontre des esprits", mais je crois que les négociations ont été positives dans le sens que les deux parties ont désormais une meilleure compréhension de leurs positions respectives», a fait savoir le diplomate.

Selon lui, la Russie et les États-Unis ont cependant trouvé un terrain d'entente dans l'évaluation de la profondeur de la crise qui affecte le pays latino-américain.

Fin janvier, l'opposant vénézuélien Juan Guaido s'est autoproclamé Président en exercice du pays et a prêté serment au cours d'une manifestation. Donald Trump l'a alors reconnu en tant que Président par intérim.

Une cinquantaine de pays, dont le Royaume-Uni et l'Allemagne, ont suivi l'exemple de Washington. La France a également reconnu M.Guaido comme «Président en charge». La Chine, la Russie, la Turquie et le Mexique ont apporté leur soutien au gouvernement en place.

La semaine dernière, tous les diplomates américains en poste au Venezuela ont quitté le pays à la veille de l'expiration du délai de 72 heures accordé par Caracas.

Lire aussi:

Une rixe d’une rare violence filmée en pleine rue à Fleury-Mérogis – vidéo
Explosion à Beyrouth: l'épouse de l'ambassadeur des Pays-Bas au Liban décède des suites de ses blessures
Un prévisionniste qui ne s'est jamais trompé donne ses pronostics pour la présidentielle US
Tags:
crise, tensions, négociations, Elliott Abrams, Juan Guaido, Nicolas Maduro, Venezuela, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook