Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump et Jair Bolsonaro

    Brésil à l’Otan, pourquoi pas: Trump promet d’examiner l’idée

    © REUTERS / Kevin Lamarque
    International
    URL courte
    14328

    Lors d’une réunion avec son homologue brésilien Donald Trump a confié qu’il aimerait voir le pays latino-américain parmi les membres de l’Alliance atlantique.

    Le locataire de la Maison-Blanche s’est déclaré prêt à examiner la perspective d’adhésion du Brésil au sein de l’Otan, rapportent mardi les médias américains.

    «Nous souhaitons étudier très attentivement tout ce qui concerne l’adhésion [du Brésil, ndlr] à l’Otan ainsi que toute sorte de relations de partenariat du pays avec l’Alliance», a fait savoir Donald Trump au terme d’un entretien avec son homologue brésilien Jair Bolsonaro, en visite à Washington.

    Dans ce contexte, il a fait part de son intention d’accorder au Brésil le statut d’allié majeur non-membre de l’Otan.

    Selon lui, les relations entre les deux pays «n’ont jamais été aussi proches qu’elles le sont maintenant». M.Trump a souligné que le volume des échanges commerciaux bilatéraux «augmenterait considérablement» à l’avenir.

    En plus, le dirigeant états-unien a salué la campagne électorale menée par M.Bolsonaro, basée sur le rejet explicite du politiquement correct tout comme sa propre campagne de 2016.

    Devant les journalistes, les deux hommes ont échangé des maillots des équipes de football de leur pays respectif: «Je me souviens encore de Pelé», a lancé le Président Trump, louant les qualités de la Seleçao.

    Quand Trump appelle le Brésil à rejoindre l'Otan
    © Sputnik .
    Quand Trump appelle le Brésil à rejoindre l'Otan

    Lire aussi:

    La Corée du Nord saisit un navire russe
    La police belge aux supporters algériens: «pour nous, les champions, c'était vous ce soir-là!» - photos
    La Syrie dénonce une attaque israélienne contre son territoire
    Tags:
    relations, adhésion, échanges commerciaux, négociations, Présidentielle américaine 2016, OTAN, Jair Bolsonaro, Donald Trump, Brésil, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik