Ecoutez Radio Sputnik
    Recep Tayyip Erdogan

    Erdogan ne mâche pas ses mots déclarant que l'attentat en Nouvelle-Zélande vise la Turquie

    © Sputnik . Maxim Blinov
    International
    URL courte
    161410

    Après l’attaque contre deux mosquées néo-zélandaises, Erdogan a déclaré que cet attentat s'inscrivait dans le cadre d'une attaque contre l'islam et la Turquie et a appelé la Nouvelle-Zélande à rétablir la peine de mort. Suite à ces déclarations, le chef de la diplomatie néo-zélandais sera envoyé en Turquie pour «remettre les pendules à l'heure».

    La tension monte entre la Turquie d'un côté et la Nouvelle-Zélande et l'Australie de l'autre, après les propos tenus par le Président turc dans la foulée de la tuerie de Christchurch. M. Erdogan a affirmé que les attaques contre les mosquées en Nouvelle-Zélande faisaient partie d'une attaque plus large perpétrée contre la Turquie et témoignaient d'un sentiment antimusulman mondial.

    «Ce n'est pas un acte isolé, c'est quelque chose d'organisé», a affirmé Recep Tayyip Erdogan lors d'un meeting lundi.

    De plus, il a appelé la Nouvelle Zélande à rétablir la peine de mort. Le Président turc a en particulier annoncé que les Australiens qui seraient hostiles à l'islam subiraient le même sort que les soldats tués par les forces ottomanes lors de la bataille de Gallipoli, pendant la Première guerre mondiale. Il a en outre menacé de renvoyer dans des cercueils quiconque viendrait dans son pays avec des sentiments antimusulmans.

    «Nous sommes ici depuis mille ans et si Dieu le veut, nous resterons ici jusqu'à l'Apocalypse. Vous n'arriverez pas à faire d'Istanbul une Constantinople», a lancé M. Erdogan lors de son discours de lundi.

    Les commentaires du Président turc ont provoqué un tollé des autorités néo-zélandaises et australiennes. La Première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, va envoyer en réponse en Turquie son ministre des Affaires étrangères, Winston Peters, pour «remettre les pendules à l'heure, en face-à-face».

    Le Premier ministre australien Scott Morrison a quant à lui convoqué l'ambassadeur turc.

    «Je trouve ce commentaire très offensant. Il va de soi que je convoquerai l'ambassadeur turc aujourd'hui pour aborder ces questions», a déclaré le Premier ministre australien dans un entretien accordé à la chaîne de télévision australienne ABC.

    Il a également déclaré à ce propos que le peuple turc ne permettrait pas de transformer Istanbul en Constantinople.

    Des tirs ont retenti le vendredi 15 mars dans deux mosquées de la ville néozélandaise de Christchurch. La police a désamorcé plusieurs explosifs artisanaux découverts dans des véhicules garés à proximité. L'auteur présumé d'au moins l'une de ces fusillades, Brenton Harrison Tarrant, a été inculpé de meurtres et sera maintenu en détention provisoire jusqu'à sa comparution devant la Haute Cour le 5 avril.

    En avril 1915 débutait la phase active de la bataille des Dardanelles. Le Royaume-Uni, la France et leurs alliés, l'Australie comprise, ne sont pas parvenus à s'emparer du détroit suite à une résistance acharnée des troupes turques. Leur pugnacité dans la campagne de Gallipoli a été décisive et a forcé les troupes étrangères à évacuer le territoire turc.

    Lire aussi:

    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Une opération du Raid à l’opéra de Nantes où le concert d'une chanteuse iranienne était prévu
    Une quarantaine de morts lors de l'attaque de deux villages au Mali
    Tags:
    commentaires, ambassadeur, Première Guerre mondiale, Scott Morrison, Recep Tayyip Erdogan, Christchurch, Dardanelles, Turquie, Australie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik