Ecoutez Radio Sputnik
    Maroc

    Nouvelle crise d’hystérie collective inexpliquée dans un lycée au Maroc (vidéos)

    © Sputnik . Natalia Seliverstova
    International
    URL courte
    8420
    S'abonner

    Six élèves d’un lycée de Chtouka Aït Baha, dans le sud-ouest du Maroc, ont sombré dans une crise d’hystérie collective totalement inexpliquée, selon Alyaoum24. Un événement similaire a eu lieu en février dans un autre lycée de la ville de Casablanca.

    Une nouvelle crise d'hystérie collective inexpliquée d'élèves s'est produite dans un établissement scolaire au Maroc. En effet, selon le quotidien arabophone marocain Alyaoum24, six élèves du lycée Al-Arabi Al-Chtouki à Chtouka Aït Baha, dans le sud-ouest du Maroc, sont entrés dans une crise d'hystérie sans raisons apparentes. Les élèves ont été prises en charge médicalement, selon le média, qui affirme que des tests médicaux sont en cours pour en déterminer la cause. En février, un événement similaire a eu lieu dans un lycée à Casablanca.

    Selon le média, vu l'ampleur de l'hystérie, la direction du lycée «a appelé les ambulanciers, la police, et même la protection civile». Les jeunes filles «ont été emmenées à l'hôpital pour y recevoir les soins nécessaires ainsi que pour leur faire passer des examens médicaux afin de découvrir la cause et les circonstances de cette crise», a-t-il précisé.

    Le 11 février, une première crise d'hystérie collective, également pour des raisons inconnues, s'était déclenchée au lycée Imam El Kastalani, à Casablanca. Suite à la diffusion d'une vidéo relatant cet incident, des rumeurs ont circulé sur les réseaux sociaux faisant état de consommation de la drogue Flakka. Selon ces rumeurs, les neuf élèves concernées avaient pris des bonbons contenant cette drogue.

    Le délégué régional du ministère de la Santé de la préfecture d'Al Fida, à Casablanca, avait catégoriquement démenti ces rumeurs. Selon lui, les examens médicaux subis par les élèves n'ont révélé aucune consommation de drogue. Les jeunes filles ont d'ailleurs rejoint leurs classes sans problème le lendemain, a-t-il signalé.

    Tags:
    hystérie, crise, drogue, Maroc
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik