International
URL courte
4111
S'abonner

En réaction aux déclarations de Donald Trump sur la possibilité de faire entrer le Brésil dans l'Otan, le Quai d'Orsay a rappelé que le traité fondateur de l'Alliance n'autorisait que les nouvelles adhésions de pays européens.

L'idée d'incorporer le Brésil au sein de l'Otan avancée par Donald Trump n'a pas suscité d'enthousiasme à Paris. La France a rappelé que l'article 10 du traité fondateur de l'Alliance atlantique n'autorisait que les nouveaux membres venant d'Europe.

«L'Otan est une alliance de nations liées par une clause de défense collective dont le traité de Washington du 4 avril 1949 définit précisément le champ d'application géographique», a relevé la porte-parole du Quai d'Orsay, Agnès von der Mühll.

Dans le même temps, elle a souligné que le pays latino-américain pourrait conclure un partenariat avec l'Otan suivant l'exemple d'une dizaine d'autres pays, dont la Colombie, l'Australie, la Nouvelle-Zélande ou la Corée du Sud, afin de contribuer aux missions de l'Alliance.

Mardi, le Président américain avait évoqué la possibilité d'adhésion du Brésil à l'Otan lors d'une réunion avec son homologue brésilien Jair Bolsonaro en visite à Washington.

«J'ai l'intention d'accorder au Brésil le statut d'allié majeur non-membre de l'Otan ou même, possiblement, qu'il devienne pays allié», avait fait valoir le locataire de la Maison-Blanche.

À l'heure actuelle, l'Alliance atlantique compte 29 pays en son sein, dont 12 membres fondateurs (États-Unis, Belgique, Canada, Danemark, France, Royaume-Uni, Islande, Italie, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas, Portugal). Le dernier pays en date ayant adhéré à l'Otan est le Monténégro, en 2017.

Lire aussi:

Le monde menacé d’une crise alimentaire, alerte l'Onu
La NASA prépare une frappe sur un astéroïde fonçant vers la Terre
Près de 8.000 nouveaux cas de Covid-19 et 499 décès en France en une journée
Voici quelques options secrètes des voitures que leurs propriétaires ignorent souvent
Tags:
défense, adhésion, ministère français des Affaires étrangères, OTAN, Agnès von der Mühll, Jair Bolsonaro, Donald Trump, Monténégro, États-Unis, Brésil, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook