International
URL courte
18732
S'abonner

Changer le statut des hauteurs du Golan sans l'autorisation du Conseil de sécurité de l'Onu constituerait une violation directe de ses résolutions, a déclaré la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, commentant l’appel de Donald Trump à reconnaître la souveraineté israélienne sur ce territoire.

La porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, a réagi à la déclaration du Président américain sur le statut des hauteurs du Golan.

La diplomate a rappelé que la Russie maintenait une position de principe concernant la souveraineté de la Syrie sur le Golan, réaffirmée par la résolution 497 de 1981 du Conseil du sécurité, et a qualifié la décision d'Israël d'étendre sa souveraineté à ce territoire d'illégale.

«Changer le statut des hauteurs du Golan constituerait une violation directe des résolutions de l'Onu», a-t-elle déclaré à Kommersant FM.

Selon elle, l'évaluation russe du «caractère illégal de la décision israélienne d'étendre sa souveraineté sur le plateau du Golan, adoptée comme loi principale en 1981, reste inchangée».

Donald Trump a estimé jeudi sur son compte Twitter qu'«il est l'heure pour les États-Unis de reconnaître la souveraineté d'Israël sur les hauteurs du Golan qui sont d'une importance stratégique essentielle pour la sécurité de l'État d'Israël et la stabilité régionale».

L'administration états-unienne vient de modifier la dénomination du Golan syrien dans ses documents officiels: désormais, les USA considèrent la région comme «contrôlée» et non plus «occupée» par Israël. Certains observateurs ont interprété ce glissement sémantique comme le prélude à une reconnaissance par Washington de la souveraineté israélienne sur le Golan.

Depuis 1967, Israël occupe quelque 1.200 kilomètres carrés du plateau du Golan qui appartenait à la Syrie avant la guerre des Six Jours. En 1981, le parlement israélien a adopté la loi sur les hauteurs du Golan, proclamant unilatéralement la souveraineté de l'État hébreu sur ce territoire.

Le Conseil de sécurité de l'Onu a qualifié cette annexion d'illégale par sa résolution 497 adoptée le 17 décembre 1981. Environ 510 kilomètres carrés du plateau du Golan restent sous le contrôle du gouvernement syrien.

Lire aussi:

Une fillette de 3 ans étranglée par sa mère de 19 ans en train de hurler «Jésus de Nazareth»
Didier Raoult interpelle l'OMS sur le remdesivir et en dénonce les effets secondaires
Un important incendie se déclare dans un immeuble au Havre - images
Tags:
réaction, résolution, ONU, Maria Zakharova, Hauteurs du Golan, Israël, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook