Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Tusk

    Tusk promet de nouveau «l’enfer» aux défenseurs du Brexit

    © AP Photo / Virginia Mayo
    International
    URL courte
    Avec ou sans accord: Londres et Bruxelles au seuil du Brexit (2019) (59)
    12233

    Le président du Conseil européen n’a pas manqué l’occasion de rappeler aux promoteurs du Brexit qu’une place spéciale en enfer leur était toujours réservée.

    Il y a toujours assez de place en enfer pour accueillir tous les responsables du pénible divorce entre le Royaume-Uni et l'UE, a insisté vendredi le président du Conseil européen, Donald Tusk.

    Début février, M.Tusk s'interrogeait déjà sur la «place spéciale en enfer» réservée aux partisans du Brexit qui, selon lui, n'avaient pas prévu les conséquences de ce divorce:

    «Je me demande à quoi ressemble la place spéciale en enfer de ceux qui ont fait la promotion du Brexit sans même l'ébauche d'un plan pour le réaliser en toute sécurité», avait alors lancé Donald Tusk, après une rencontre à Bruxelles avec le Premier ministre irlandais, Leo Varadkar.

    Lors d'une conférence de presse tenue vendredi, une journaliste a demandé à M.Tusk si cette «place spéciale» devait être élargie pour inclure «plus de membres de la Chambre des communes».

    «Selon le Pape, l'enfer est toujours vide. Cela veut dire qu'il y a encore plein de place», a répondu le président du Conseil européen.

    Jeudi, les vingt-sept chefs d'État et de gouvernement, hors ceux du Royaume-Uni, ont reporté la date du Brexit du 29 mars au 22 mai —si la Chambre des communes ratifie l'accord de retrait la semaine prochaine- et au 12 avril dans le cas contraire. Theresa May avait initialement demandé un report au 30 juin.

    Dossier:
    Avec ou sans accord: Londres et Bruxelles au seuil du Brexit (2019) (59)

    Lire aussi:

    Un «cimetière» de Boeing 737 MAX découvert en Californie
    L’Algérie livre les détails de la rétention de son pétrolier par l’Iran
    La statue du Général de Gaulle jetée à bas lors des festivités après la victoire de l’Algérie à Évreux - image
    Tags:
    enfer, Brexit, Conseil européen, Theresa May, Donald Tusk, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik