Ecoutez Radio Sputnik
    Un Boeing 737

    Combien Boeing a-t-il perdu à la suite du crash en Éthiopie?

    © AFP 2019 DPA/ SEBASTIAN KAHNERT
    International
    URL courte
    Crash d’un Boeing 737 en Éthiopie (42)
    12443

    Le constructeur aéronautique américain Boeing subit des pertes en termes de valeur boursière après les crashs de ses avions en Éthiopie et en Indonésie. En mars, le prix de ses actions a diminué de 18%.

    La valeur boursière du constructeur aéronautique américain Boeing a diminué en mars de plus de 40 milliards de dollars (environ 35 milliards d'euros) après le crash de son 737 MAX en Éthiopie, fait savoir CNN. Le prix des actions de la société s'est réduit de 18%.

    «Boeing a connu un horrible mois», conclut CNN.

    Le média indique également que la société américaine tarde à achever ses projets spatiaux pour la NASA.

    Le 10 mars, un Boeing 737 MAX 8 de la compagnie aérienne Ethiopian Airlines, avec à son bord 157 personnes, s'est écrasé au sud-est d'Addis-Abeba sans laisser de survivants.En octobre dernier, un Boeing 737 MAX 8 de la compagnie indonésienne Lion Air s'était abîmé en mer de Java, tuant 189 personnes.

    Plus tard, la compagnie aérienne Garuda Indonesia a annulé sa commande de 49 Boeings 737 MAX.

    Le 12 mars, l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) a annoncé la suspension des vols des Boeing 737 MAX 8 et 9 dans l'espace aérien européen. La même décision a été prise par les États-Unis, le Canada, la Chine, l'Australie, la Malaisie, l'Indonésie, le Vietnam, Oman et Singapour.

    Dossier:
    Crash d’un Boeing 737 en Éthiopie (42)

    Lire aussi:

    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Une opération du Raid à l’opéra de Nantes où le concert d'une chanteuse iranienne était prévu
    «C’est une réforme pour la précarité»: la bourde de la ministre du Travail
    Tags:
    actions, bourse, crash d'avion, Boeing 737 MAX, Boeing, Éthiopie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik