Ecoutez Radio Sputnik
    Espace

    Le Conseil de sécurité de la Russie s’exprime sur les menaces venant de l’espace

    © Sputnik . Alexandre Ankov
    International
    URL courte
    8381

    Le renforcement de la défense antimissile globale portée par les États-Unis crée une menace pour la Russie, et celle-ci provient également de l’espace, a estimé le secrétaire du Conseil de sécurité de la Russie.

    La militarisation de l'espace relancée par les États-Unis ainsi que le renforcement de la défense antimissile globale créent une menace pour la Russie, a estimé le secrétaire du Conseil de sécurité de la Russie, Nikolaï Patrouchev, dans un entretien accordé au journal russe Izvestia.

    «Parmi elles [les menaces, ndlr], je citerais également la destruction par l'Occident du système des traités internationaux en matière d'exploitation pacifique de l'espace ainsi que le renforcement de la défense antimissile globale américaine», a-t-il indiqué.

    Début mars, le chef de l'état-major russe a déclaré que si les États-Unis continuaient à s'engager dans une militarisation de l'espace, la Russie serait obligée de prendre des mesures réciproques et asymétriques. Selon lui, les États-Unis créent des prétextes qui pourraient mener à une militarisation de l'espace en proclamant leur intention de l'utiliser à des fins militaires.

    Le 18 juin, Donald Trump avait ordonné au Pentagone de créer une Force spatiale en tant que nouvelle branche indépendante des Forces armées du pays. Selon ses dires, les États-Unis sont résolus à obtenir le leadership dans l'espace et n'envisagent pas de «traîner» derrière la Russie et la Chine.

    Lire aussi:

    Versailles sous des nuages épais de fumée à cause d'un incendie (vidéos)
    «Fumée jaune», propagation… Réflexions d'un ancien pompier sur le sort de Notre-Dame
    Le RAID déployé à Lourdes, une personne blessée lors d'une prise d'otages
    Tags:
    menace, sécurité, militarisation, espace, Nikolaï Patrouchev, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik