International
URL courte
3219
S'abonner

L'année dernière, Boeing a dépensé 15 millions de dollars afin de faire du lobbying auprès du Congrès, de la Federal Aviation Administration (FAA) et d'autres agences fédérales pour se soustraire à leur contrôle, rapporte The Washington Post.

La société Boeing a engagé des lobbyistes externes pour reporter la question de la supervision de ses appareils par la Federal Aviation Administration (FAA), relate The Washington Post.

C'est à cause de cela, poursuit le journal, que quatre semaines avant l'accident en octobre dernier de l'avion Lion Air, le Congrès n'avait adopté que des «dispositions discrètes» qui octroyaient en fait davantage de pouvoir à Boeing, démontrant ainsi l'influence de la compagnie à Washington.

«C'était une nouvelle victoire dans une campagne à long terme et très performante de Boeing, qui visait à contraindre le gouvernement fédéral à déléguer de plus en plus à la société Boeing les devoirs de la Federal Aviation Administration», dénonce le journal.

Il précise que ces dispositions faisaient partie d'un projet de loi plus large portant sur le financement de la FAA, signé par le président Trump en octobre dernier.

Selon cette loi, les entreprises privées peuvent influencer l'ensemble des règles décrivant le rôle de la FAA dans l'approbation des projets. Elle crée également un «comité consultatif» avec des représentants de l'industrie, lequel établit les indicateurs que la FAA devrait «appliquer et surveiller».

Le 10 mars, un Boeing 737 MAX 8 de la compagnie aérienne Ethiopian Airlines, avec à son bord 157 personnes, s'est écrasé au sud-est d'Addis-Abeba sans laisser de survivants. En octobre dernier, un Boeing 737 MAX 8 de la compagnie indonésienne Lion Air s'était abîmé en mer de Java, tuant 189 personnes. Plus tard, la compagnie aérienne Garuda Indonesia a annulé sa commande de 49 Boeings 737 MAX.

Le 12 mars, l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) a annoncé la suspension des vols des Boeing 737 MAX 8 et 9 dans l'espace aérien européen. La même décision a été prise par les États-Unis, le Canada, la Chine, l'Australie, la Malaisie, l'Indonésie, le Vietnam, Oman et Singapour.

Lire aussi:

Un astéroïde géant fonce droit sur la Terre
Christophe Castaner annonce le retrait «immédiat» de la grenade GLI-F4
Un chien intrépide attrape un serpent pour le projeter à travers un pré – vidéo
Au moins 19 soldats tués dans une attaque au Mali, selon l'armée
Tags:
États-Unis, crash d'avion, Administration fédérale de l'aviation (FAA) des Etats-Unis, Boeing
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik