International
URL courte
345
S'abonner

La situation économique au Liban, où se trouvent actuellement 1,5 million de réfugiés syriens, pourrait les pousser à migrer vers l'Europe, a déclaré mardi le président libanais Michel Aoun lors d'une réunion avec Vyacheslav Volodin, président de la Douma d'État russe.

Lors de sa rencontre à Moscou avec Viatcheslav Volodine, Président de la Douma d'État russe, le Président libanais Michel Aoun a déclaré que les réfugiés syriens, actuellement présents dans le pays, pourraient bientôt repartir pour l'Europe, la situation économique au Liban ne les satisfaisant pas.

«Nous avons 500.000 réfugiés palestiniens, environ 1,5 million de Syriens. C'est beaucoup pour notre pays. L'Europe a un intérêt direct à résoudre la situation, car les réfugiés syriens au Liban sont mécontents de la situation économique du pays. Ainsi, de nouvelles vagues de migrants pourraient bien arriver en Europe», a déclaré M.Aoun.

Il a également indiqué que le Liban coopérait avec les pays de l'Union européenne qui, selon lui, font déjà preuve de souplesse. Beyrouth s'attend néanmoins à un changement de position de l'UE et que des réfugiés palestiniens — dont le retour en Palestine était initialement soutenu par l'Europe — resteront finalement au Liban

Les dirigeants libanais ont souligné à plusieurs reprises la nécessité de renvoyer les réfugiés syriens dans leur pays d'origine tout en respectant leurs droits. Environ 1,5 million de réfugiés syriens vivent au Liban dont la population compte un peu plus de quatre millions d'habitants. Une telle concentration est extrêmement négative pour l'économie et la sécurité du pays. En 2018, le Liban a soutenu l'initiative de la Russie sur le retour des réfugiés.

Lire aussi:

«La lutte contre l’islamisme radical ne plaît pas à tous»: le drôle de limogeage d’un commissaire des Yvelines
Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Erdogan accuse Macron de «régler des comptes avec l’islam et les musulmans»
Tags:
réfugiés syriens, crise migratoire, réfugiés, Michel Aoun, Viatcheslav Volodine, Liban
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook