Ecoutez Radio Sputnik
    Des musulmans (image d'illustration)

    Les musulmans de Prague excluent un imam les appelant à s’armer

    © AP Photo / Jeffrey McWhorter
    International
    URL courte
    3170
    S'abonner

    Après l’attentat perpétré vendredi 15 mars dans deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, l’imam Leonid Kushnarenko a invité les fidèles de Prague à se procurer des armes pour se protéger. Indignée, la communauté a pris la décision d’exclure M.Kushnarenko.

    S'armer pour aller prier, voici l'idée lancée par l'imam Leonid Kushnarenko aux musulmans de la ville de Prague, quelques jours après l'attaque perpétrée dans deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande. La communauté a unanimement rejeté cette idée avant de décider d'exclure l'imam.

    Dans cette vidéo, Leonid Kushnarenko invite les membres de la communauté musulmane, en particulier les hommes, à s'armer pour protéger leur santé et leurs biens. Il leur a également proposé son aide s'ils en avaient besoin.

    L'imam s'est ensuite expliqué dans le quotidien tchèque Dennik N. Il s'agissait pour lui d'une mesure de «prévention», prononcée pour «empêcher les fous d'aller dans une mosquée et de faire le mal».

    Muneeb Hassan Alrawi, directeur du Centre des communautés musulmanes tchèques, a lui aussi réagi dans les pages de Dennik K pour condamner les déclarations de l'imam, affirmant que la communauté ne soutiendra pas «de tels appels» et qu'il n'était pas «d'accord».

    Muneeb Hassan Alrawi a annoncé lundi 25 mars que le Centre avait pris la décision d'exclure Leonid Kushnarenko.

    Lire aussi:

    Une femme enceinte affronte un «énorme» aigle qui attaque son chien
    Un requin tente de pénétrer dans une cage de plongeurs et trouve la mort – vidéo
    Un couple achète un vieux château en France et se met à gagner des millions – photos
    Ils font une découverte macabre à l’intérieur d’un crocodile de 4 mètres
    Tags:
    armes, mosquée, protection, musulmans, Prague
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik