Ecoutez Radio Sputnik
    Un chasseur F-35B

    Les USA envisageraient d’exclure la Turquie de la production des F-35 à cause des S-400

    © AP Photo / Ross D. Franklin
    International
    URL courte
    3255
    S'abonner

    Exclure la Turquie du programme de production des avions de combat F-35 poserait un défi en raison du rôle essentiel d'Ankara dans le processus de fabrication de cet avion furtif, mais ce n’est pas impossible, selon Reuters.

    Bien qu'au départ l'exclusion possible de la Turquie du programme de production des F-35 puisse créer certaines difficultés, elle n'est pas impossible, a annoncé Reuters en se référant à des sources américaines proches du dossier.

    Le média signale que l'engagement du Président turc à acheter des systèmes de défense antiaérienne russes S-400 compromettrait, selon les États-Unis, la sécurité des avions F-35 construits par Lockheed Martin Corp. C'est pourquoi les USA envisageraient la future construction des F-35 sans la participation de la Turquie, laquelle fabrique des éléments du fuselage, du train d'atterrissage et du cockpit.

    Selon les interlocuteurs de Reuters, Lockheed Martin Corp ne voit pas de problème pour trouver un remplaçant à la Turquie.

    «La perte de la Turquie n'est pas une catastrophe», a ainsi signalé une source de Reuters.

    Elle a ajouté que la recherche d'une alternative ralentira la production à l'usine de Lockheed Martin d'environ trois mois. Par exemple, le fuselage central, produit à Ankara, pourrait être fabriqué par Northrop Grumman Corp, une compagnie qui en crée déjà en Californie.

    Entre-temps, des pilotes turcs devraient déjà commencer à s'entraîner dans les bases de l'armée de l'air américaine.

    Lockheed Martin Corp, le Pentagone et l'ambassade turque ont refusé de commenter la situation.

    Le secrétaire d'Etat américain à la Défense par intérim, Patrick Shanahan, a déclaré mardi qu'il souhaitait que la Turquie reste dans le programme, mais a ajouté qu'Ankara devait acheter des systèmes de défense antimissile Patriot.

    Le Président turc Recep Tayyip Erdogan avait précédemment annoncé que son pays n'était pas disposé à renoncer aux S-400 russes, mais qu'il était prêt à négocier si les États-Unis faisaient une offre intéressante pour l'achat de systèmes Patriot.

    Fin 2017, Ankara avait signé avec Moscou un contrat estimé à 2,5 milliards de dollars (2,1 milliards d'euros) pour la livraison de S-400, prévue en juillet 2019. Récemment, le ministre turc de la Défense nationale Hulusi Akar a annoncé que la Turquie commencerait à déployer les S-400 sur son territoire en octobre 2019.

    Tags:
    alternative, production, F-35 Lightning II, Northrop Grumman, Lockheed Martin, Recep Tayyip Erdogan, États-Unis, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik