International
URL courte
26848
S'abonner

Interrogée sur l’éventuelle création d’une base militaire russe au Venezuela, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères a déclaré à l’antenne de la radio Écho de Moscou qu'elle n’était pas au courant d’un tel projet, soulignant que la législation vénézuélienne l’interdisait.

Maria Zakharova a commenté jeudi sur radio Écho de Moscou les publications qui circulent sur Internet concernant le projet de création d'une base militaire russe au Venezuela.

«C'est la première fois que j'entends des informations sur des bases au Venezuela», a-t-elle déclaré.

«Je n'ai entendu aucune discussion à ce sujet. Je n'ai jamais vu aucun projet et je ne l'ai entendu de personne. Je n'ai jamais entendu dire que quelqu'un discutait quelque part de la question d'ouvrir des bases», a-t-elle poursuivi.

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères a également souligné que la législation vénézuélienne interdisait le déploiement de bases et de troupes sur son territoire.

«Où se déroulent de telles discussions? Sur des chaînes Telegram?», s'est-elle interrogée, évoquant l'application de messagerie.

Plus tôt dans la journée, la diplomate russe a expliqué que la présence de spécialistes russes sur le territoire vénézuélien était réglementée par un accord intergouvernemental entre Moscou et Caracas, tandis que l'attaché militaire de l'ambassade du Venezuela en Russie a déclaré que les spécialistes russes présents dans le pays étaient impliqués dans la coopération technico-militaire entre les deux États.

Lire aussi:

Un septuagénaire gravement blessé après avoir été percuté accidentellement par le GIGN
Deux Algériens ligotent et menacent d’égorger un camarade à Brest pour extorquer son argent
Deux frégates de guerre grecque et turque se seraient heurtées en Méditerranée orientale
Ils braquent une femme et son bébé à Nanterre et engagent une course-poursuite avec sa voiture
Tags:
base militaire, Maria Zakharova, Venezuela, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook