International
URL courte
27262
S'abonner

Washington a demandé à l'Union européenne de décréter «davantage de sanctions» contre Caracas, a déclaré à la presse l'envoyé des États-Unis pour le Venezuela, Elliott Abrams, en évoquant la décision du Parlement européen sur «des sanctions supplémentaires» contre le pays.

L'envoyé spécial des États-Unis pour le Venezuela, Elliott Abrams, a déclaré que Washington avait demandé à Bruxelles d'introduire de nouvelles sanctions contre le gouvernement de Nicolas Maduro.

«Nous avons demandé aux pays de l'UE d'introduire davantage de sanctions» contre le Venezuela, a-t-il déclaré à la presse en répondant à la question de savoir si les États-Unis approuvaient la décision du Parlement européen.

La résolution adoptée par le Parlement européen a notamment demandé «des sanctions supplémentaires» visant les avoirs du pays détenus à l'étranger.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, avait précédemment constaté que la politique étrangère des États-Unis se résumait de plus en plus à l'application de sanctions.

La crise politique au Venezuela a éclaté quand l'opposant Juan Guaido, renvoyé le 22 janvier du poste de président de l'Assemblée nationale vénézuélienne sur décision de la Cour suprême, s'est autoproclamé le lendemain «Président en exercice du pays» et a prêté serment au cours d'une manifestation. Donald Trump l'a alors reconnu comme «Président par intérim».

Lire aussi:

Violent incendie en cours dans un entrepôt à Aubervilliers, la fumée visible depuis Paris - images
Valls ministre des Affaires étrangères? Une note secrète dévoilée par Marianne évoque un possible remaniement
Deux policiers US poussent un homme de 75 ans qui finit en sang sur le trottoir – vidéo choc
Tags:
manifestation, prestation de serment, politique étrangère, avoirs, résolution, sanctions, Parlement européen, Donald Trump, Juan Guaido, Sergueï Riabkov, Elliott Abrams, Nicolas Maduro, États-Unis, Caracas, Washington, Bruxelles, Venezuela
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook