Ecoutez Radio Sputnik
    Débris du vol MH17

    L’ouverture de l’espace aérien ukrainien serait la principale cause du crash du MH17

    © Sputnik . Andrei Stenin
    International
    URL courte
    Crash d'un Boeing malaisien en Ukraine (288)
    10323

    Le fait que l’Ukraine n’ait pas estimé les risques et n’ait pas fermé son espace aérien dans la zone de conflit armé constitue la principale cause du crash du Boeing 777 de la Malaysia Airlines, a appris Sputnik d’une source informée.

    Le fait d'avoir laissé ouvert l'espace aérien ukrainien, qui aurait dû être fermé à l'époque, a été défini comme la raison principale du crash du Boeing 777 de la Malaysia Airlines, a déclaré à Sputnik une source informée.

    «La Russie partage le dévouement des Pays-Bas pour la recherche de la vérité, de la justice et des responsables dans l'affaire du crash du MH17. Lorsqu'on parle de responsabilité, il est impossible de ne pas constater qu'à ce jour, l'unique partie responsable reste un État qui n'a pas fermé son espace aérien», a affirmé l'interlocuteur de Sputnik.

    L'Ukraine n'a pas estimé les risques et n'a pas fermé son espace aérien aux avions civils au-dessus de la zone de conflit armé, apprend-on d'une enquête technique de la catastrophe, réalisée par le Conseil de recherche pour la sécurité aux Pays-Bas conformément aux exigences de l'Organisation de l'aviation civile internationale. Ces résultats ont été publiés en octobre 2015.

    La justice dans cette enquête «ne peut être assurée que par le travail honnête et impartial du groupe d'enquête conjoint [JIT, ndlr] qui doit prendre en compte toutes les données qui pourraient aider dans cette enquête, y compris, celles des parties qui n'appartiennent pas au JIT», a souligné la source.

    Auparavant, le ministère russe des Affaires étrangères avait déclaré que les accusations d'implication de la Russie dans le crash du Boeing malaisien, émises par le JIT, étaient sans fondement, alors que l'enquête s'avérait préconçue et insuffisante. Plus tard, Vladimir Poutine a souligné que la Russie n'était pas autorisée à prendre part à l'enquête sur la catastrophe. Moscou pourrait reconnaître les résultats de l'enquête s'il y participait.

    Un Boeing 777 de la Malaysia Airlines effectuant un vol d'Amsterdam à Kuala Lumpur s'est écrasé le 17 juillet 2014 dans la région de Donetsk où l'armée ukrainienne menait une opération contre les forces d'autodéfense de la République populaire autoproclamée de Donetsk. Les 298 personnes se trouvant à bord de l'appareil ont péri dans le crash.

    D'après les membres du groupe d'enquête conjoint (JIT), l'avion a été abattu par un missile sol-air Bouk tiré depuis une zone qui était à l'époque contrôlée par les insurgés. Le JIT étudie les données fournies principalement par l'Ukraine et le groupe international d'experts et de journalistes en ligne Bellingcat qui collecte et analyse des informations sur les réseaux sociaux.

    Bellingcat affirme qu'un système de missiles Bouk aurait été introduit dans le Donbass par des militaires russes et en aurait été évacué après le crash. Les spécialistes ont plusieurs fois qualifié la méthode d'enquête du groupe Bellingcat d'amateurisme et mis en doute ses conclusions.

    La Russie a pour sa part démenti les hypothèses du JIT. Le consortium Almaz-Anteï, fabricant des missiles Bouk, a notamment présenté des calculs professionnels reposant sur les résultats de plusieurs expériences grandeur nature. Selon Almaz-Anteï, le Boeing a été touché par un missile qui n'est plus utilisé en Russie, mais équipe toujours l'armée ukrainienne.

    Dossier:
    Crash d'un Boeing malaisien en Ukraine (288)

    Lire aussi:

    La France s'exprime sur la saisie d'un navire britannique par l'Iran
    Un jeune homme tué au fusil-mitrailleur en pleine rue dans le centre de Paris – images
    Poutine liste les menaces qui pèsent sur le monde à cause de la confrontation irano-américaine
    Tags:
    enquête internationale, catastrophe, avions civils, espace aérien, Bouk, Bellingcat, Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), Malaysia Airlines, Almaz-Anteï, Vladimir Poutine, Kuala Lumpur, Amsterdam, Pays-Bas, Moscou, Donbass, Donetsk, Ukraine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik