International
URL courte
4280
S'abonner

Les États-Unis ont suspendu jeudi 28 mars les vols des bombardiers stratégiques B-1B Lancer suite à des problèmes sur les parachutes de descente, selon le site du Global Strike Command de l’Armée de l’air.

Le Global Strike Command de l'US Air Force (AFGSC) a annoncé sur son site avoir immobilisé à partir du jeudi 28 mars l'ensemble de la flotte des bombardiers stratégiques B-1B Lancer après qu'une inspection de routine sur un avion a établi que le parachute de descente était mal installé dans le système d'évacuation des sièges éjectables.

«Lors d'une inspection de routine des parachutes de descente d'un B-1B, des problèmes pouvant affecter le reste de la flotte ont été découverts», a indiqué le communiqué.

L'exploitation des bombardiers stratégiques sera reprise dès que toutes les inspections seront achevées et les problèmes réglés.

Le problème ne semble pas être lié aux problèmes survenus l'année dernière, a ajouté l'AFGSC.

Le Rockwell B-1 Lancer est un bombardier stratégique à long rayon d'action et à géométrie variable développé par les États-Unis dans les années 1970.

Selon de nombreux observateurs, il s'agit d'un des avions de combat les plus rapides et les plus confortables à très basse altitude.

Outre une signature radar réduite, le B-1B se caractérise également par une signature thermique des plus basses. Ses trois soutes permettent, en théorie, une charge de 24 bombes nucléaires ou de 24 missiles de croisière ou encore de 56 tonnes d'armements conventionnels.

Lire aussi:

Le 14-Juillet version Covid sur la place de la Concorde comme si vous y étiez
«Une chaîne d’opinion», «très à droite, très clivante»: le patron de BFM TV affirme que CNews ne fait pas d’info
Assa Traoré inaugure une nouvelle fresque avec son propre portrait - vidéos
Un astéroïde frôlera la Terre en septembre, passant cinq fois plus près que la Lune, avertit la NASA
Tags:
inspections, parachutes, bombardier, B-1B Lancer, Air Force Global Strike Command (AFGSC)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook