Ecoutez Radio Sputnik
    Lieu du crash du Boeing 737 MAX 8 éthiopien

    Les enquêteurs auraient établi la cause du crash du Boeing éthiopien

    © AP Photo / Mulugeta Ayene
    International
    URL courte
    Crash d’un Boeing 737 en Éthiopie (42)
    9313

    L’analyse des données des boîtes noires du Boeing 737 MAX éthiopien permet de supposer que son crash a été provoqué par la mise en marche inopinée du système anti-décrochage MCAS, tout comme lors du vol JT610 de Lion Air en octobre, a annoncé The Wall Street Journal.

    Des responsables de l’enquête sur le crash du Boeing 737 MAX en Éthiopie sont parvenus à la conclusion qu'un système de contrôle de vol s’est automatiquement enclenché avant que l'avion ne plonge au sol, affirme The Wall Street Journal, qui cite des sources proches de l’enquête.

    Selon le journal américain, les données des boîtes noires prouvent que le système MCAS (Maneuvering Characteristics Augmentation System) a dysfonctionné lors du vol fatal d’Ethiopian Airlines, le 10 mars, tout comme lors de celui de Lion Air en octobre 2018.

    Ce système abaisse automatiquement le nez du Boeing 737 MAX pour prévenir un décrochage ou une perte de portance.

    Lors du vol ET302, le MCAS aurait détecté, à tort, que l’avion s’élevait en adoptant un angle d’attaque trop raide et aurait alors dirigé le Boeing en direction du sol. Les pilotes n’ont pas eu le temps de corriger la trajectoire.

    Il s’agit d’un avis exprimé lors d'une rencontre de haut niveau entre des experts du gouvernement américain et leurs homologues éthiopiens organisée jeudi par la Federal Aviation Administration (FAA), note le quotidien.

    Les autorités éthiopiennes devraient publier leur premier rapport officiel sur le crash du Boeing ces prochains jours, toujours d’après The Wall Street Journal.

    Le 27 mars, Boeing a dévoilé une version corrigée de son système anti-décrochage. Selon le groupe aéronautique, ce logiciel réparé a été testé pendant des centaines d’heures sur des simulateurs et lors de deux vols d’essai dont l’un s’est déroulé en présence de la Federal Aviation Administration (FAA) des États-Unis. Toutefois, la FAA a indiqué le 27 mars que la nouvelle version du MCAS n’avait pas encore été homologuée.

    Un Boeing 737 MAX 8 d'Ethiopian Airlines, reliant Addis-Abeba à Nairobi avec 157 personnes à bord, s'est écrasé le 10 mars près de la ville de Bishoftu, à 62 km de la capitale éthiopienne, sans laisser de survivants. Le crash du vol ET302 a eu lieu six minutes après le décollage. Parmi les victimes figurent les citoyens de 33 pays. Une trentaine de compagnies aériennes ont suspendu l’exploitation des Boeing 737 MAX après cette catastrophe, la deuxième pour un avion de ce type en cinq mois. En effet, en octobre 2018, un Boeing 737 MAX 8 de la compagnie indonésienne Lion Air effectuant le vol JT610 s'était abîmé en mer de Java, tuant 189 personnes. L’UE, les États-Unis, la Russie et de nombreux autres pays ont fermé leur espace aérien aux vols de ces appareils ou ont annulé leurs commandes de Boeing 737 MAX.

    Dossier:
    Crash d’un Boeing 737 en Éthiopie (42)

    Lire aussi:

    Les États-Unis envisagent officiellement le recours à la force militaire contre l’Iran
    Attaque contre la Russie: le New York Times met en garde Trump après ses accusations de «haute trahison»
    En défiant les USA, un pays membre de l’UE lance un réseau 5G avec l’aide de Huawei
    Tags:
    Administration fédérale de l'aviation (FAA) des Etats-Unis, vol ET302 d'Ethiopian Airlines, vol JT610 de Lion Air, causes, boîte noire, enquête, crash d'avion, MCAS (Maneuvering Characteristics Augmentation System), Boeing 737 MAX 8, Ethiopian Airlines, Lion Air, Wall Street Journal, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik