Ecoutez Radio Sputnik
    Maison-Blanche

    Les USA voient comme une «menace directe» la présence de militaires russes au Venezuela

    CC BY 2.0 / Jeff Turner / The Mall - Washington DC
    International
    URL courte
    637121
    S'abonner

    Washington voit comme une «menace directe» la présence de militaires russes au Venezuela, d'après le conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche John Bolton.

    Les États-Unis considèrent l'envoi de militaires au Venezuela par des pays situés en dehors de l'hémisphère ouest comme une menace pour la sécurité et la stabilité dans la région, a déclaré vendredi John Bolton, conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche. 

    «Nous mettons en garde les pays situés en dehors de l'hémisphère ouest contre le déploiement de forces militaires au Venezuela ou dans d'autres parties de cet hémisphère pour mener ou élargir des opérations militaires. Nous considérerons ces actions provocatrices comme une menace pour la paix internationale et la sécurité dans la région», a indiqué M.Bolton dans un communiqué publié suite à l'arrivée d'avions russes au Venezuela.

    Selon le conseiller, l'administration Trump «condamne» l'utilisation de soldats étrangers par Nicolas Maduro et notamment l'arrivée de militaires et matériels russes au Venezuela.

    Le 24 mars, des médias ont informé que 99 militaires russes étaient arrivés à Caracas à bord de deux avions de transport qui ont en outre acheminé 35 tonnes de fret. Commentant mercredi l'arrivée de soldats russes, le Président Trump a déclaré que la Russie devait quitter le Venezuela, ajoutant que «toutes les options» étaient ouvertes pour parvenir à ce résultat.

    Dmitri Peskov, porte-parole du Président russe, a commenté jeudi 28 mars cet appel du Président Trump. Il a rappelé que les États-Unis étaient présents dans de nombreux pays, mais personne ne leur indiquait là où ils ne devaient pas être. Selon lui, la Russie compte aussi sur le respect de son droit d'avoir des relations bilatérales avec des pays étrangers et l'arrivée de ses représentants au Venezuela est régie par des accords de coopération technico-militaire passés entre les deux pays.

    La crise politique au Venezuela a éclaté quand l'opposant Juan Guaido, renvoyé le 22 janvier du poste de président de l'Assemblée nationale vénézuélienne sur décision de la Cour suprême, s'est autoproclamé le lendemain «Président en exercice du pays» et a prêté serment au cours d'une manifestation. Donald Trump l'a alors reconnu comme «Président par intérim».

    Tags:
    menace, présence militaire, John Bolton, Russie, Venezuela, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik