Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump et Benjamin Netanyahou

    Bassam Tahhan: «Je crains que l’on se dirige vers une guerre généralisée au Moyen-Orient»

    © REUTERS / Ariel Schalit/Pool
    International
    URL courte
    Fabien Buzzanca
    3011711

    La décision de Washington de reconnaître la souveraineté d’Israël sur le Golan a été timidement critiquée par les alliés des États-Unis, y compris au sein des pays arabes. Quelles conséquences géopolitiques et pour le processus de paix israélo-palestinien? Le politologue franco-syrien Bassam Tahhan livre son analyse à Sputnik France.

    Le Golan est un «territoire arabe occupé».

    La timide réaction de l'Égypte le 22 mars au lendemain de l'annonce par Donald Trump de la «reconnaissance» de la souveraineté d'Israël sur le Golan est à l'image de celles de ses pairs alliés des États-Unis. La décision de Washington concernant cette portion du territoire syrien conquis par Israël en 1967 et annexé en 1981 met dans l'embarras nombre de pays. Plusieurs résolutions de l'Onu font en effet du plateau situé au sud de la Syrie un «territoire occupé» illégalement.

    ​Pour cette raison, une réunion du Conseil de sécurité de l'Onu a eu lieu le 27 mars à la demande de la Syrie. Un rassemblement où flottait un étrange air de malaise, où l'ambassadeur américain s'est fait représenter par son conseiller politique. Alors que Russes et Syriens ont fortement critiqué ce qu'ils considèrent comme un «mépris du droit international», Christophe Heusgen, ambassadeur allemand après de l'organisation internationale, a qualifié la réunion de «cynique alors que le gouvernement syrien viole les résolutions de l'Onu». Selon lui, Damas «a bombardé des écoles et des hôpitaux», «utilisé des armes chimiques» contre son peuple.

    ​Des questions se posent également sur les conséquences de la décision américaine sur le processus de paix israélo-palestinien, la géopolitique de la région ainsi que sur l'éventuelle carte à jouer de l'Iran. En tant que politologue franco-syrien, Bassam Tahhan est touché par cette affaire. Il a fait part de son analyse à Sputnik France et ne mâche pas ses mots. Entretien.

    Sputnik France: Comment réagissez-vous par rapport à cette décision américaine de reconnaître la souveraineté d'Israël sur le Golan?

    Bassam Tahhan: «Cette décision est illégale, illégitime et contraire au droit international. C'est-à-dire que le Président américain se substitue carrément à toutes les instances des Nations unies et décide lui-même des frontières dans le monde en reconnaissant à Israël une souveraineté sur un territoire annexé. C'est à la fois drôle et tragique. Cela montre la totale impunité de certains responsables, que ce soit Donald Trump ou d'autres.»

    Sputnik France: Cette affaire intervient un an et demi après la reconnaissance par la Maison-Blanche de Jérusalem en tant que capitale d'Israël. Qu'est-ce qui a motivé Donald Trump à faire ces choix?

    Bassam Tahhan: «La première raison est à chercher du côté des prochaines élections en Israël. Donald Trump veut aider son ami Netanyahou à conserver le pouvoir. L'autre concerne l'éclatement de la Syrie voulu par les Occidentaux. Commencer par reconnaître l'annexion du Golan donnera d'autres idées à propos d'un détachement du territoire syrien situé à l'est de l'Euphrate, par exemple. Mais cela peut aller plus loin. Le danger est là. Aujourd'hui, les États-Unis reconnaissent la souveraineté d'Israël sur le Golan, mais demain cela pourra être sur la Cisjordanie ou la bande de Gaza.» 

    Sputnik France: Lors de la réunion du Conseil de sécurité de l'Onu demandée par la Syrie, les pays alliés des États-Unis ont timidement critiqué la reconnaissance de la souveraineté d'Israël sur le Golan. On sentait du malaise. L'ambassadeur allemand aux Nations unies, Christoph Heusgen a déclaré que le fait que la Syrie ait demandé cette réunion d'urgence est «cynique alors que le gouvernement syrien viole les résolutions de l'Onu», «a bombardé des écoles et des hôpitaux», «utilisé des armes chimiques» contre son peuple. Le fait que ce soit la Syrie qui soit victime de la décision américaine semble peser dans la balance…

    Bassam Tahhan: «Tout d'abord, je tiens à préciser que l'attitude du représentant allemand est inadmissible. Il fait des raccourcis et avance des affirmations infondées. De plus, je rappelle qu'Israël est l'un des champions du non-respect du droit international et des résolutions de l'Onu, et ce depuis des décennies. Pour en revenir à cette réunion du Conseil de sécurité, il faut noter que la majorité des membres en veut aujourd'hui à la Syrie et à ses alliés russe et iranien. Leur attitude n'est pas surprenante.»

    Sputnik France: La réaction des pays arabes alliés des États-Unis a été plus que mesurée. Quelles conséquences géopolitiques cette décision américaine peut-elle avoir sur le Moyen-Orient?

    Bassam Tahhan: «Ce n'est pas étonnant. Je crains fort que nous nous orientions vers une guerre généralisée au Moyen-Orient entre Israël et l'axe composé par l'Iran, le Hezbollah, l'Irak et la Syrie. Au vu du nombre de missiles dont dispose ce dernier et du fait qu'Israël ait l'arme nucléaire, c'est une situation très grave qui conduirait à un conflit atroce. Je rappelle que l'État hébreu a encore mené un raid aérien dans le nord de la Syrie près d'Alep dans la nuit du 27 au 28 mars. Cela illustre l'agressivité du gouvernement Netanyahou. Je pense que le monde arabe va vivre des divisions, avec un camp qui sera pour la guerre contre Israël. La création de l'État d'Israël a été favorisée par le Royaume-Uni, qui avait un mandat sur la Palestine. Aujourd'hui, c'est à nouveau du camp anglo-saxon avec les États-Unis que vient une décision défavorable à un pays arabe, en l'occurrence la Syrie. Cela pourrait raviver les rancœurs. Cette situation est très dommageable. Je croyais à titre personnel à la paix avec Israël, mais le gouvernement de Netanyahou fait tout pour qu'elle ne devienne pas réalité.»

    Sputnik France: Quid du processus de paix israélo-palestinien?

    Bassam Tahhan: «Les conséquences sont clairement importantes. Cette décision est une menace. Israël montre qu'elle peut annexer des territoires conquis avec l'aval de la première puissance du monde sans aucun problème. Comme je l'ai dit précédemment, aujourd'hui il s'agit du Golan, demain cela pourrait être le tour de la Cisjordanie ou de la bande de Gaza.»

    Sputnik France: Pensez-vous que la décision américaine pourrait renforcer la position de l'Iran dans la région? Téhéran pourrait s'appuyer sur cet événement pour mettre en avant son argumentaire qui veut qu'Israël et les États-Unis aient une attitude colonialiste dans la région…

    Bassam Tahhan: «Cela peut renforcer les Iraniens, mais également avoir une incidence sur la position des Turcs. Même si Erdogan joue sur tous les tableaux, je ne vois pas comment il pourrait se défiler devant cette décision américaine face à son peuple. Cela pourrait aussi affaiblir des pays comme l'Arabie saoudite, qui misait beaucoup sur les bonnes relations avec l'État hébreu. Cela devient difficile de maintenir une telle position avec l'attitude d'Israël qui annexe, exige et ne respecte pas le droit international.»

     

    Lire aussi:

    Tensions à Paris après la victoire de l'Algérie, les forces de l'ordre utilisent des gaz lacrymogènes
    Un jeune homme tué au fusil-mitrailleur en pleine rue dans le centre de Paris – images
    Téhéran explique les raisons de sa saisie du pétrolier britannique
    Tags:
    conflit armé, dossier syrien, militaires américains, conflit syrien, paix, processus de paix, diplomates, pourparlers, conflit israélo-palestinien, conflit, crise syrienne, géopolitique, annexion, militaires, diplomatie, processus de paix palestino-israélien, terrorisme, guerre, ONU, Benjamin Netanyahu, Donald Trump, Bassam Tahhan, Bachar el-Assad, Recep Tayyip Erdogan, Bande de Gaza, Cisjordanie, Palestine, Proche-Orient, Arabie Saoudite, Turquie, Iran, Hauteurs du Golan, Israël, Syrie, Irak, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik