Ecoutez Radio Sputnik
    Combattants Talibans

    Un vice-Président afghan attaqué par des Talibans, un mort, selon les médias locaux

    © AP Photo / Allauddin Khan
    International
    URL courte
    0 31

    Des Talibans ont attaqué le cortège du Premier vice-Président afghan Abdul Rashid Dostum, tuant un de ses gardes, rapportent samedi les médias locaux.

    Un garde du Premier vice-Président afghan Abdul Rashid Dostum a trouvé la mort lorsque des radicaux Talibans ont attaqué son cortège dans le nord-ouest du pays, selon l'agence Pajhwok.

    Des sources contactées par la chaîne de télévision TOLOnews font également état de deux blessés, tandis que le responsable est sain et sauf. Auparavant, son cortège a été à plusieurs reprises visé par des attaques.

    Plus tôt dans la journée, une dizaine de policiers afghans ont été tués au cours de la prise d'assaut par des Talibans de deux postes de contrôle à l'intérieur de la ville de Ghazni, dans l'est du pays.

    Les attaques surviennent à un moment où Washington cherche à négocier un accord de paix entre les Talibans et le gouvernement afghan, plus de 17 ans après l'intervention US visant à chasser les islamistes du pouvoir.

    Durant l'été 2018, les Etats-Unis et les Talibans ont entamé à Doha des discussions bilatérales, dont la dernière session s'est conclue le 12 mars. L'émissaire US Zalmay Khalilzad avait alors fait état de «vraies avancées», évoquant un accord préliminaire sur les «garanties» que les Talibans devaient fournir et sur le «retrait des troupes» américaines du pays.

    Lire aussi:

    En défiant les USA, un pays membre de l’UE lance un réseau 5G avec l’aide de Huawei
    Un joueur de rugby demande la nationalité française à Macron, voici la réponse du Président (vidéo)
    Macron et Castaner visés par une plainte à la Cour pénale internationale pour «crime contre l’humanité» (vidéo)
    Tags:
    garde du corps, attaque, policier, retrait, talibans, islamisme, Abdul Rachid Dostum, Afghanistan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik