International
URL courte
153010
S'abonner

Le président du parti espagnol Vox semble s’être inspiré de la politique d’immigration de Donald Trump, écrivent des internautes dans une tentative d’expliquer ses appels à la construction d’un mur au Maroc pour mettre fin à l’afflux de migrants en Espagne.

Santiago Abascal, président du parti espagnol Vox, emboîte-il le pas à Donald Trump? Émus, les internautes le comparent au Président américain suite à ses appels à construire des «murs insurmontables» le long des frontières espagnoles pour mettre fin à la «vague d'immigration clandestine» en provenance d'Afrique du Nord. Plus encore, il demande au Maroc d'en payer la note.

Le dirigeant de Vox a longtemps envisagé d'élever un mur à Ceuta et Melilla, deux enclaves espagnoles en Afrique du Nord, pour contenir l'immigration clandestine, mais la nouveauté réside cette fois dans le fait qu'il affirme que c'est le Maroc qui le financera avec ses propres finances.

«Le Maroc est celui qui nous envoie des vagues d'immigrés clandestins pour faire chanter l'Union européenne», justifie M.Abascal cité par El Mundo.

L'idée a été exposée dans le livre intitulé «Santiago Abascal. L'Espagne vertébrée» que Fernando Sanchez Drago, un intellectuel proche de Vox, a élaboré sur la base de longues conversations avec son président.

Cependant, le politique a devancé M.Trump en déclarant qu'il souhaitait également construire un «mur psychologique» contre l'immigration clandestine en Europe.

«Le grand mur que nous devrions ériger est psychologique et consiste à informer les immigrés que ceux qui entrent illégalement en Europe ne seront jamais en mesure de régulariser leur situation, qu'ils n'auront pas le droit de s'enraciner, qu'ils n'auront ni l'assistance sociale ni le droit de bénéficier d'une carte de santé», a-t-il assuré.

Lire aussi:

Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Macron «obsédé par le grand remplacement»?
Diego Maradona est décédé à l'âge de 60 ans
Tags:
migrants, mur, Donald Trump, Santiago Abascal, Melilla, Ceuta, Maroc, Espagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook