Ecoutez Radio Sputnik
    Lámpara eléctrica

    Maduro dénonce des «attaques électromagnétiques» contre les infrastructures vénézuéliennes

    CC BY 2.0 / Betsy Weber
    International
    URL courte
    20736

    Le Président vénézuélien Nicolas Maduro a imputé la responsabilité des pannes d'électricité à répétition qu'a connues ces dernières semaines le Venezuela à des «attaques électromagnétiques» contre les lignes de transmission d’énergie.

    Les récentes pannes d'électricité qui ont touché le Venezuela ont été causées par des «attaques électromagnétiques», a déclaré le Président du pays, Nicolas Maduro, dans une allocution télévisée dimanche soir.

    «Nous avons fait face à une situation très difficile. Les capacités de production ont été touchées. Nous sommes confrontés à une grave attaque dont les dégâts sont toujours en train d'être évalués», a-t-il déclaré.

    «Il s'agit d'attaques électromagnétiques qui ont endommagé les lignes de transmission d'énergie», a ajouté Nicolas Maduro, ajoutant que les autorités avaient ouvert une enquête sur les attaques présumées contre le système d'alimentation du pays.

    Le chef d'État vénézuélien a également annoncé un plan sur 30 jours de «gestion des charges pour équilibrer le processus de production et de transmission avec la consommation».

    Les pannes d'électricité à répétition ont touché le Venezuela ces dernières semaines sur fond de crise politique que traverse le pays. Caracas impute la responsabilité de ces attaques présumées contre les sites énergétiques à Washington, qui soutient l'opposition du pays. Les États-Unis ont à leur tour réfuté ces accusations.

    Lire aussi:

    Le drone US abattu par l'Iran a effectivement violé sa frontière, selon la Défense russe
    Un Boeing de Kuwait Airways emboutit une passerelle dans l’aéroport de Nice (vidéo)
    Deux Eurofighter de l'armée allemande entrent en collision, un pilote tué (vidéos)
    Tags:
    panne, électricité, Nicolas Maduro, Venezuela
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik