International
URL courte
5512142
S'abonner

Paris a réagi à la déclaration du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie selon laquelle des représentants des forces spéciales françaises seraient impliqués dans la préparation d’une provocation à Idlib avec l’emploi de substances toxiques.

Les informations du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie d’après lesquelles des radicaux seraient en train de préparer une provocation à l'arme chimique dans la province syrienne d'Idlib sous la supervision des services spéciaux français et belges sont fausses, a déclaré à RIA Novosti un représentant au sein du ministère français des Affaires étrangères.  

Ce représentant a affirmé qu'il ne s’agissait pas là d’une information, mais d'un mensonge.

Le 29 mars, le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie a annoncé, sur le site du ministère russe de la Défense, que des radicaux préparaient une provocation à l'arme chimique dans le gouvernorat syrien d'Idlib, sous la supervision des services spéciaux français et belges.

Ainsi, il y explique que les représentants de ces services ont assisté à une réunion avec les chefs de file des terroristes à Idlib, consacrée à la mise en scène d'images «censées prouver que la Russie et la Syrie ont employé des substances toxiques contre les civils». Le Centre a également précisé que les services secrets belges avaient filmé les frappes des Forces aérospatiales russes contre les dépôts de munitions des terroristes à Idlib pour ensuite pouvoir accuser la Russie d’avoir utilisé des armes chimiques.

Le 30 mars, les ministères belges de la Défense et des Affaires étrangères ont démenti les informations relatives à l’implication de Bruxelles dans la préparation d’une provocation à l’arme chimique à Idlib.

Lire aussi:

L’Élysée dénonce les propos «inacceptables» d'Erdogan contre Macron
Il traite ses copains de «fils de porcs» dans le 93, sa mère refuse de s'excuser auprès de l'enseignant et l'insulte
Erdogan appelle Macron à subir un «examen de santé mentale» vu son avis sur les musulmans de France
Un Toulousain diffuse la photo du professeur décapité et finit derrière les barreaux
Tags:
provocation, armes chimiques, Idlib, Syrie, Paris, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook