International
URL courte
7393
S'abonner

Après la tenue du premier tour de l'élection présidentielle en Ukraine, Moscou s’abstient de toute félicitation pour les candidats, car «il est trop tôt pour tirer des conclusions». Pourtant, selon le porte-parole du Président russe, Dmitri Peskov, le Kremlin voudrait voir un parti de la paix et non de la guerre au pouvoir.

Au lendemain du premier tour de l'élection présidentielle en Ukraine, le porte-parole du Président russe, Dmitri Peskov, a annoncé que le Kremlin voudrait voir un parti de la paix et non de la guerre au pouvoir en Ukraine.

«Bien sûr, nous voudrions toujours voir non pas un parti de la guerre à la tête de l'Ukraine, mais un parti qui vise un règlement progressif de la situation dans le sud-est ukrainien sur la base des accords existants», a déclaré Dmitri Peskov.

Il a également noté que le Kremlin ne féliciterait personne pour la qualification au deuxième tour de l'élection, la campagne n'étant pas encore terminée.

«Les élections en Ukraine ne sont pas terminées, il y aura un deuxième tour. Il est trop tôt de tirer des conclusions, il faut attendre», a ajouté M.Peskov.

L'Ukraine a organisé ce dimanche 31 mars le premier tour de son élection présidentielle avec un nombre record de 39 candidats en lice. Après le dépouillement de 75,13% des bulletins de vote, l'humoriste Vladimir Zelenski arrive en tête avec 30,41% des suffrages. Il est suivi par Piotr Porochenko et Ioulia Timochenko. Le vainqueur sera déterminé à l'issue du second tour qui sera organisé le 21 avril.

Lire aussi:

Un plan secret anglais de 2017 prévoyait de priver les personnes âgées d’aide médicale en cas de pandémie
Une fusillade éclate à côté du Pentagone, le secteur est bouclé
Des sous-marins nucléaires russes arpentent-ils vraiment les fonds marins de l’Atlantique?
Les mesures de restriction des activités reviennent en force malgré la campagne de vaccination
Tags:
Russie, Ukraine, Petro Porochenko, Dmitri Peskov, Volodymyr Zelensky, présidentielle ukrainienne 2019
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook