Ecoutez Radio Sputnik
    Le Pentagone

    Le Pentagone suspend les livraisons d’équipements pour F-35 à Ankara en raison des S-400

    © Sputnik . David B. Gleason
    International
    URL courte
    236113

    Dans le contexte de l'achat prévu de systèmes russes S-400 par Ankara, les États-Unis ont suspendu la livraison à la Turquie d’équipements destinés à des avions de chasse furtifs F-35, a annoncé le Pentagone, confirmant les informations de Reuters à ce sujet.

    Un porte-parole du Pentagone a confirmé les informations annoncées précédemment par Reuters concernant la décision des États-Unis de suspendre toutes les livraisons d'équipements liées aux chasseurs américains F-35 à la Turquie pour dissuader Ankara d’acheter des systèmes russes S-400.

    «En attendant une décision sans équivoque de la Turquie de renoncer aux livraisons du système S-400, les livraisons et activités associées à la mise en place des capacités opérationnelles des F-35 de la Turquie ont été suspendues. Notre dialogue avec la Turquie sur cette question importante se poursuit», a-t-il indiqué.

    Plus tôt dans la journée Reuters avait annoncé, se référant à deux sources proches du dossier, que la prochaine livraison d'équipement de formation, et toutes les livraisons ultérieures de matériaux liés au F-35, avaient été annulées.

    Pour rappel, la semaine dernière, Reuters a signalé que l'engagement du Président turc à acheter des systèmes de défense antiaérienne russes S-400 compromettait, selon les États-Unis, la sécurité des avions F-35 construits par Lockheed Martin Corp. Pour cette raison, a souligné l'agence de presse, les États-Unis envisageraient la future construction des F-35 sans la participation de la Turquie, laquelle fabrique des éléments du fuselage, du train d'atterrissage et du cockpit. Une source américaine proche du dossier a alors expliqué à Reuters que Lockheed Martin Corp ne rencontrait pas de problème pour trouver un remplaçant à la Turquie. À titre d'exemple, elle a cité la Northrop Grumman Corp, située en Californie, qui pourrait fabriquer le fuselage central de l’avion, produit pour le moment à Ankara.

    Le Président turc, Recep Tayyip Erdogan, avait précédemment annoncé que son pays n'était pas disposé à renoncer aux S-400 russes, mais qu'il était prêt à négocier avec les États-Unis si ceux-ci faisaient une offre intéressante pour l'achat de systèmes Patriot.

    Fin 2017, Ankara avait signé avec Moscou un contrat estimé à 2,5 milliards de dollars (2,1 milliards d'euros) pour la livraison de S-400, prévue en juillet 2019. Récemment, le ministre turc de la Défense nationale, Hulusi Akar, a annoncé que la Turquie commencerait à déployer les S-400 sur son territoire en octobre 2019.

    Lire aussi:

    La France s'exprime sur la saisie d'un navire britannique par l'Iran
    Un jeune homme tué au fusil-mitrailleur en pleine rue dans le centre de Paris – images
    Poutine liste les menaces qui pèsent sur le monde à cause de la confrontation irano-américaine
    Tags:
    F-35A, S-400, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik