International
URL courte
106113
S'abonner

Dans le contexte de l'achat prévu de systèmes russes S-400 par Ankara, les États-Unis ont suspendu la livraison à la Turquie d’équipements destinés à des avions de chasse furtifs F-35, a annoncé le Pentagone, confirmant les informations de Reuters à ce sujet.

Un porte-parole du Pentagone a confirmé les informations annoncées précédemment par Reuters concernant la décision des États-Unis de suspendre toutes les livraisons d'équipements liées aux chasseurs américains F-35 à la Turquie pour dissuader Ankara d’acheter des systèmes russes S-400.

«En attendant une décision sans équivoque de la Turquie de renoncer aux livraisons du système S-400, les livraisons et activités associées à la mise en place des capacités opérationnelles des F-35 de la Turquie ont été suspendues. Notre dialogue avec la Turquie sur cette question importante se poursuit», a-t-il indiqué.

Plus tôt dans la journée Reuters avait annoncé, se référant à deux sources proches du dossier, que la prochaine livraison d'équipement de formation, et toutes les livraisons ultérieures de matériaux liés au F-35, avaient été annulées.

Pour rappel, la semaine dernière, Reuters a signalé que l'engagement du Président turc à acheter des systèmes de défense antiaérienne russes S-400 compromettait, selon les États-Unis, la sécurité des avions F-35 construits par Lockheed Martin Corp. Pour cette raison, a souligné l'agence de presse, les États-Unis envisageraient la future construction des F-35 sans la participation de la Turquie, laquelle fabrique des éléments du fuselage, du train d'atterrissage et du cockpit. Une source américaine proche du dossier a alors expliqué à Reuters que Lockheed Martin Corp ne rencontrait pas de problème pour trouver un remplaçant à la Turquie. À titre d'exemple, elle a cité la Northrop Grumman Corp, située en Californie, qui pourrait fabriquer le fuselage central de l’avion, produit pour le moment à Ankara.

Le Président turc, Recep Tayyip Erdogan, avait précédemment annoncé que son pays n'était pas disposé à renoncer aux S-400 russes, mais qu'il était prêt à négocier avec les États-Unis si ceux-ci faisaient une offre intéressante pour l'achat de systèmes Patriot.

Fin 2017, Ankara avait signé avec Moscou un contrat estimé à 2,5 milliards de dollars (2,1 milliards d'euros) pour la livraison de S-400, prévue en juillet 2019. Récemment, le ministre turc de la Défense nationale, Hulusi Akar, a annoncé que la Turquie commencerait à déployer les S-400 sur son territoire en octobre 2019.

Lire aussi:

Sous-marins: «trahison» pour le ministère des Armées, mais pas de «catastrophe industrielle» pour Le Maire
Sous-marins australiens: la Russie tourne la France en dérision en rappelant les Mistral
Macron évoque la possibilité de «lever le pass» dans certains territoires
«Éric Zemmour continue de me harceler», affirme la chroniqueuse Hapsatou Sy
Tags:
Russie, États-Unis, S-400, F-35A
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook