Ecoutez Radio Sputnik
    Boeing 737 MAX 8

    L'Éthiopie présente son rapport préliminaire sur le crash du Boeing 737 MAX

    © REUTERS / Joshua Roberts
    International
    URL courte
    Crash d’un Boeing 737 en Éthiopie (43)
    6132
    S'abonner

    La ministre éthiopienne des Transports a présenté jeudi 4 avril lors d’une conférence de presse son rapport préliminaire sur le Boeing 737 MAX, qui s'est écrasé le 10 mars 2019 après son décollage d'Addis Abeba, précisant que l’appareil était en bon état et que l'équipage a suivi les procédures pour prendre le contrôle de l'appareil.

    Le rapport préliminaire sur les causes du crash du Boeing 737 MAX, qui s'est écrasé le 10 mars 2019 peu après son décollage d'Addis Abeba, a été présenté ce jeudi aux journalistes par la ministre éthiopienne des Transports Dagmawit Moges.

    Le texte ne mentionne pas explicitement le logiciel anti-décrochage MCAS de l’avion et souligne que le personnel naviguant à bord a respecté les procédures pour prendre le contrôle de l’appareil, mais il n'a pas été en mesure de le faire. 

    Le document précise que l’avion était en bon état au moment du décollage.

    Commentant le rapport préliminaire, Ethiopian Airlines estime que le Boeing 737 MAX n'a cessé de piquer du nez malgré le respect total des pilotes des procédures d'urgence. 

    Le Boeing 737 MAX s'est écrasé peu après son décollage le 10 mars, faisant 157 morts. Il s'agit du deuxième accident mortel d'un 737 MAX en moins de cinq mois, conduisant à l'immobilisation du modèle partout dans le monde.

    Fin mars, une action en justice a été déposée contre la compagnie Boeing dans le cadre du crash de l'avion d'Ethiopian Airlines. La plainte est portée par une famille rwandaise auprès du tribunal fédéral de l'Illinois. La compagnie est accusée d'avoir conçu le système de contrôle de vol automatisé de manière défectueuse.

    Dossier:
    Crash d’un Boeing 737 en Éthiopie (43)
    Tags:
    rapport, crash d'avion, Éthiopie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik