International
URL courte
Tentative de coup d'État au Venezuela (212)
8503
S'abonner

Nicolas Maduro a accusé l’opposition d’utiliser le Venezuela comme «terrain d’essai» pour tester de nouvelles armes «cybernétiques et électromagnétiques».

Le Venezuela est devenu un terrain d'expérimentation pour une nouvelle stratégie militaire et de nouveaux types d'armes, a affirmé jeudi le Président de ce pays latino-américain, Nicolas Maduro.

«Le Venezuela montre au monde entier qu'il sert de terrain d'essai pour de nouvelles armes cybernétiques et électromagnétiques, ainsi que pour une nouvelle stratégie de guerre qui prévoit non pas l'invasion directe ou les bombardements avec des missiles, mais le bombardement des services publics vitaux», a déclaré le dirigeant.

Le pays a connu la plus importante panne de courant de son histoire le 7 mars dernier sur fond de crise économique assortie de fortes tensions politiques. Imputée par le Président Maduro à des «attaques» fomentées par les États-Unis, la panne a provoqué des coupures d'électricité dans 21 des 23 États du pays.

Toujours selon le leader vénézuélien, l'«opposition criminelle» envisageait des attaques visant les unités militaires de l'armée bolivarienne ainsi qu'un attentat à son encontre.

Plus tôt dans la journée, Nicolas Maduro a annoncé que les effectifs de la milice nationale devraient passer de 2,1 à 3 millions d'hommes d'ici décembre prochain afin de préserver la paix dans le pays.

Dossier:
Tentative de coup d'État au Venezuela (212)

Lire aussi:

Les quatre maladies qui risquent de provoquer une forme grave du Covid-19 citées par la science
Deux voyous filmés alors qu’ils incendient une voiture de police à Mulhouse - vidéo
La responsabilité française dans la radioactivité du sable du Sahara pointée par un spécialiste
Ivan Rioufol: «le discours totalement anxiogène» du gouvernement sur le Covid-19 a «abruti» les Français - vidéo
Tags:
opposition, crise économique, tensions, milice, armes, Nicolas Maduro, États-Unis, Venezuela
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook