Ecoutez Radio Sputnik
    Jair Bolsonaro

    En Israël, Bolsonaro insiste sur l’appartenance du nazisme à la gauche

    © AP Photo / Eraldo Peres
    International
    URL courte
    281118

    En visite en Israël, le Président brésilien a soutenu les propos de son ministre des Affaires étrangères qui avait défini le fascisme et le nazisme comme «des phénomènes de gauche».

    Juste après sa visite au musée de la Shoah à Jérusalem, le Président brésilien Jair Bolsonaro a estimé qu'il n'y avait «aucun doute» sur le fait que le nazisme ait été un mouvement de gauche, rapportent les médias occidentaux.

    Auparavant, le chef de la diplomatie brésilienne Ernesto Araujo, également du voyage en Israël, avait défini le fascisme et le nazisme comme «des phénomènes de gauche». Par la suite, un journaliste a demandé à M.Bolsonaro à Jérusalem s'il partageait cet avis.

    «Sans aucun doute. Le parti socialiste, c'est quoi? Parti national-socialiste allemand», a répondu le dirigeant brésilien, arrivé en Israël dimanche pour une visite de trois jours.

    Jair Bolsonaro a créé un précédent diplomatique en devenant le premier chef d'État étranger à se rendre au Mur des Lamentations en compagnie d'un Premier ministre israélien.

    Cependant, il n'a pas tenu sa promesse de transférer l'ambassade du pays de Tel Aviv à Jérusalem, à l'instar de Donald Trump, annonçant l'ouverture d'un bureau diplomatique dans la ville sainte.

    Farouche anticommuniste, Jair Bolsonaro avait utilisé pendant sa campagne présidentielle le slogan «le Brésil, au-dessus de tout et Dieu au-dessus de tous» et promis, lors de sa cérémonie d'investiture, que le Brésil «ne serait jamais rouge».

    Lire aussi:

    En Algérie, la première cause de la prolifération «inquiétante» du cancer est culinaire
    Les jus de fruits 100% naturels présentent un danger mortel, révèlent des médecins français
    L'emplacement secret d'armes nucléaires US en Europe dévoilé par hasard
    Tags:
    idéologie, gauche, fascisme, nazisme, Mur des Lamentations, Holocauste, Donald Trump, Ernesto Araujo, Jair Bolsonaro, Brésil, Israël, Jérusalem
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik