Ecoutez Radio Sputnik
    Turquie

    Ultimatum sur ultimatum: la Turquie répond aux USA sur les missiles S-400

    © Sputnik . Ruslan Krivobok
    International
    URL courte
    251133
    S'abonner

    Le vice-Président turc Fuat Oktay a repris les formules de l’ultimatum lancé par Mike Pence à la Turquie à propos des missiles S-400 et a appelé les États-Unis à choisir entre une alliance avec la Turquie et une aide aux YPG, forces qu’Ankara considère comme terroristes.

    Washington doit faire un choix entre l’amitié avec la Turquie et le soutien qu’il porte aux Unités de protection du peuple kurde (YPG), a déclaré ce jeudi 4 avril le vice-Président turc Fuat Oktay après que son homologue américain Mike Pence a mis en garde la Turquie contre l’acquisition de missiles russes S-400.

    «Les États-Unis doivent choisir. Veulent-ils rester un allié de la Turquie ou risquer cette amitié en joignant leurs efforts à ceux des terroristes pour empêche leur allié de l’Otan à se défendre contre ses ennemis», a fait savoir M.Oktay sur Twitter.

    Ce message a été publié en réponse à l’ultimatum lancé par M.Pence à la Turquie contre l’acquisition de systèmes de missiles russes S-400 que Washington considère comme une menace. Lors d’une prise de parole mercredi 3 avril à Washington à l'occasion du 70e anniversaire de la fondation de l'Otan, M.Pence a notamment déclaré:

    «La Turquie doit choisir. Veut-elle rester un partenaire essentiel dans l’alliance militaire la plus accomplie de l'Histoire ou veut-elle risquer la sécurité de ce partenariat en prenant de telles décisions téméraires qui minent notre alliance? Nous ne resterons pas les bras croisés pendant que les alliés de l'Otan achètent des armes à nos adversaires ce qui menace la cohésion de notre alliance».

    Le vice-Président américain a en outre estimé que l'achat des S-400 russes par Ankara menaçait le partenariat turco-américain en matière de fabrication des chasseurs F-35.

    Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu a pour sa part annoncé mercredi 3 avril qu’Ankara, qui s’en tenait à l’idée d’acheter les S-400, avait proposé aux États-Unis de créer un groupe de travail pour éviter que ces missiles ne mettent en péril l'équipement militaire américain ou de l'Otan. Le ministre a également souligné que personne ne pouvait faire en sorte qu'Ankara choisisse entre l'Occident et la Russie.

    Plus tôt cette semaine, Reuters a annoncé, citant des sources anonymes, que Washington avait suspendu la livraison de F-35 à Ankara en raison de ses projets sur les S-400.

    Signé fin 2017, le contrat russo-turc sur les S-400 prévoit la livraison de ces systèmes pour juillet 2019. Le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, a récemment annoncé que la Turquie commencerait à déployer les S-400 en octobre 2019 sur son territoire.

    Tags:
    ultimatum, S-400, Unités de protection populaire kurdes (YPG), OTAN, Fuat Oktay, Turquie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik