Ecoutez Radio Sputnik
    Le Premier ministre Charles Michel intervient au parlement belge (4 avril 2019)

    La Belgique s’excuse pour le sort des enfants métis à la fin de l’époque coloniale

    © REUTERS / Francois Lenoir
    International
    URL courte
    11136

    Le Premier ministre belge Charles Michel a reconnu que son pays avait mis en place un système de ségrégation ciblée à la fin de l’époque coloniale et a présenté ses excuses pour le sort des enfants métis arrachés à leurs mères autochtones en Afrique.

    La Belgique a «posé des actes contraires au respect des droits humains fondamentaux» en mettant en place «un système de ségrégation ciblée» à l’encontre des métis nés de liaisons entre des hommes belges et des femmes autochtones en Afrique coloniale belge, a déclaré le Premier ministre Charles Michel.

    «Au nom du gouvernement fédéral, je reconnais la ségrégation ciblée dont les métis ont été victimes sous l’administration coloniale du Congo belge et du Ruanda-Urundi jusqu’en 1962 et suite à la décolonisation, ainsi que la politique d’enlèvements forcés y afférente. Au nom du gouvernement fédéral, je présente nos excuses aux métis issus de la colonisation belge et à leurs familles pour les injustices et les souffrances qu’ils ont subies», a indiqué M.Michel dans sa déclaration officielle.

    Il a également exprimé sa compassion «envers les mamans africaines, dont les enfants leur ont été arrachés».

    Il s’agit de 12.000 à 20.000 enfants nés au Congo (aujourd’hui République démocratique du Congo, ex-Zaïre), au Rwanda et au Burundi et emmenés en Belgique dans des conditions controversées entre 1959 et 1962. Séparés de leur mère, mais aussi de leurs frères et sœurs, ils ont été placés dans des orphelinats et pensionnats. Ils ne pouvaient pas se mêler ni aux Blancs ni aux Africains. De nombreux enfants ont été dépourvus d’actes de naissance ou de papiers d’identité. Beaucoup d’entre eux ont changé de prénoms et de noms.

    Selon l’association Métis de Belgique, seul 10% de ces enfants ont été reconnus par leur père. Certains des enfants n’ont jamais reçu la nationalité belge et sont restés apatrides.

    François Milliex, président de l'association Métis de Belgique qui a beaucoup œuvré pour que la Belgique présente ses excuses pour son passé colonial, a remercié ses partisans pour leur soutien.

    «Merci à tous. À tous ceux qui nous ont aidés, soutenus et porté notre combat dans tous les parlements belges. Merci à ceux qui ont travaillé dans l'ombre. Et enfin merci à nos membres et sympathisants», a-t-il indiqué sur Facebook.

    En avril 2017, Monseigneur Bonny, évêque d’Anvers, a reconnu la souffrance que les métis issus de la colonisation ont vécue et a présenté ses excuses pour la part prise par l’Église catholique dans cette histoire.

    Lire aussi:

    Un joueur de rugby demande la nationalité française à Macron, voici la réponse du Président (vidéo)
    En défiant les USA, un pays membre de l’UE lance un réseau 5G avec l’aide de Huawei
    Macron et Castaner visés par une plainte à la Cour pénale internationale pour «crime contre l’humanité» (vidéo)
    Tags:
    enfants, ségrégation, colonialisme, excuses, métissage, Métis de Belgique, François Milliex, Charles Michel, Burundi, Rwanda, Congo belge, Afrique, Belgique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik