Ecoutez Radio Sputnik
    Al-Tanf, base militaire des États-Unis en Syrie

    Syrie: les États-Unis soutiennent les extrémistes à Al-Tanf, selon Sergueï Lavrov

    © AP Photo / Hammurabi's Justice News
    International
    URL courte
    10361

    Ayant de fait occupé la zone d’Al-Tanf, près de la frontière jordanienne en Syrie, les troupes américaines soutiennent des formations armées illégales qui s’y trouvent, condamne le chef de la diplomatie russe.

    Des militaires américains coopèrent avec des formations armées illégales dans la zone syrienne d'Al-Tanf, a déclaré dimanche le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, à l'issue des pourparlers avec son homologue jordanien Ayman Al-Safadi.

    «Les Américains ont unilatéralement déclaré la création d'une zone de sécurité dans la région d'Al-Tanf, de 55 kilomètres à la ronde. Je ne comprends pas comment ils justifient leur présence illégitime dans cette zone, qui relève en fait d'une présence d'occupation. Le camp [de réfugiés] de Rukban se trouve à l'intérieur de cette zone. Il y a un tas de formations armées illégales avec lesquelles les Américains coopèrent on ne peut mieux, si je comprends bien, et les aident à récupérer leurs forces», a indiqué le ministre.

    Le camp de réfugiés de Rukban est situé à la frontière avec l'Irak et près de la frontière avec la Jordanie, dans le sud-est du gouvernorat syrien de Homs. Lors d'une enquête menée par des spécialistes de l'antenne syrienne du Croissant-Rouge, les réfugiés de Rukban ont confirmé qu'ils étaient retenus dans le camp par les «groupes radicaux soutenus par les États-Unis», avait déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov.

    Lire aussi:

    La France s'exprime sur la saisie d'un navire britannique par l'Iran
    Téhéran explique les raisons de sa saisie du pétrolier britannique
    Un jeune homme tué au fusil-mitrailleur en pleine rue dans le centre de Paris – images
    Tags:
    extrémistes, Sergueï Lavrov, Jordanie, Rukban, Al-Tanf, États-Unis, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik