International
URL courte
18168
S'abonner

Dans une vidéo enregistrée avant sa nouvelle arrestation et diffusée mardi par ses avocats, Carlos Ghosn se dit «innocent» des faits qui lui sont reprochés et victime d'un «complot», en accusant des dirigeants de Nissan de «trahison».

Carlos Ghosn a clamé son «innocence» dans une vidéo diffusée mardi et enregistrée avant son arrestation le 4 avril sur de nouveaux soupçons de malversations financières, accusant des dirigeants de Nissan de «trahison».

«Ce n'est pas une histoire de cupidité, de dictature d'un homme. C'est une histoire de complot, de conspiration, de trahison», déclare en anglais l'ancien PDG de Renault-Nissan dans ce message. Les noms des responsables désignés par M.Ghosn ont été coupés au montage, sur demande de ses avocats.

«Je suis innocent, voilà mon premier message. Ce n'est pas nouveau, vous l'avez déjà entendu de moi: je suis innocent de toutes les accusations portées contre moi», indique M.Ghosn en préambule de la vidéo diffusée pendant une conférence de presse de son avocat.

Il réitère ses accusations d'un «complot» à son encontre, déjà brandies à plusieurs reprises dans les interviews accordées à la presse, rappelle l'AFP.

«Des dirigeants de Nissan ont joué des jeux malsains», estime-t-il. «Il y avait la peur que dans la prochaine étape de l'alliance, l'autonomie de Nissan soit menacée», souligne-t-il, rappelant que lui-même avait «toujours été le farouche défenseur de cette autonomie».

M.Ghosn, qui dirigeait avant son interpellation surprise, le 19 novembre à Tokyo, la première alliance automobile au monde, unissant Renault, Nissan et Mitsubishi Motors, a connu une chute brutale.

Libéré début mars sous caution moyennant le paiement d'un milliard de yens (huit millions d'euros), il a été de nouveau arrêté jeudi dernier à son domicile de Tokyo.

Le Franco-Libano-Brésilien, âgé de 65 ans, se trouve depuis au centre de détention de Kosuge (nord de la capitale), où il avait déjà passé plus de 100 jours. Cette fois, le parquet le soupçonne d'avoir transféré des fonds de Nissan à une société «de facto contrôlée par lui», via un distributeur de véhicules du constructeur japonais à l'étranger.

Le duel déséquilibré de Carlos Ghosn face à la justice japonaise
© Sputnik . Bruno Marty
Le duel déséquilibré de Carlos Ghosn face à la justice japonaise

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
L'Italie enregistre son pire bilan de morts en 24 heures depuis le début de l'épidémie
Tags:
Renault-Nissan, Carlos Ghosn
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook