Ecoutez Radio Sputnik
    Des gardiens de la révolution islamique

    Gardiens de la Révolution organisation terroriste? «Une bêtise qui coûtera cher aux USA»

    © Sputnik . Andreï Stenine
    International
    URL courte
    7541

    La décision des États-Unis de porter le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) sur leur liste des organisations terroristes internationales a été suivie par celle de Téhéran d’inscrire les forces du Centcom (Commandement central américain dans la région) sur sa propre liste. Sputnik en a discuté avec des analystes iraniens.

    Après avoir désigné le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI), y compris son unité d'élite, la force Al-Qods, comme organisation terroriste, les États-Unis, qui mènent contre lui des opérations en Iran, en Syrie et dans le Golfe, peuvent désormais déclarer combattre un groupe terroriste, a estimé dans un entretien accordé à Sputnik Hasan Shemshadi, politologue et correspondant militaire, proche du CGRI.

    «Cela compliquera toutefois la situation des États-Unis au Proche-Orient. Ils ne pourront plus se déplacer à travers la région et dans le Golfe comme ils le font à présent et porter atteinte aux forces militaires de la République islamique sous couvert de la loi "sur la lutte contre une organisation terroriste", tout en restant impunis», a-t-il détaillé.

    Et de rappeler qu'en 40 ans, l'Iran avait montré qu'il n'attendrait pas et riposterait immédiatement, assénant à l'ennemi un coup en rétorsion, et peut-être même beaucoup plus dur.

    «C'est une bêtise qui coûtera cher aux États-Unis et à leur peuple», a prévenu l'Iranien.

    Seyed Hadi Afgahi, ancien diplomate de l'ambassade d'Iran à Beyrouth, lui aussi interviewé par Sputnik, a relevé pour sa part qu'aucun pays n'avait le droit de qualifier de «terroristes» les forces armées d'un autre pays, car cela était contraire aux normes internationales.

    «Il est intéressant que les États-Unis perpètrent eux-mêmes des actes terroristes à commencer par les bombardements d'Hiroshima et de Nagasaki jusqu'à leur soutien à Daech*, sans parler déjà du fait qu'ils l'ont créé eux-mêmes. Ce sont les États-Unis qui ont déclenché la guerre au Vietnam, en Afghanistan et en Irak qui déclarent que le CGRI, ce sont des terroristes!», s'est indigné M.Afgahi.

    Selon ce dernier, toute démarche des États-Unis en vue d'attiser la crise contre l'Iran ne manquerait pas de faire monter d'un cran la tension dans la région.

    «Si les États-Unis se servent de bases militaires dans le Golfe pour attaquer l'Iran, nous ne tarderons pas à riposter», a-t-il mis en garde.

    La Maison-Blanche a décidé lundi 8 avril de placer le Corps des Gardiens de la révolution islamique, cet organisme iranien lié au pouvoir en place, sur la liste des organisations terroristes. C'est la première fois que les États-Unis désignent officiellement des termes d'organisation terroriste une composante d'une armée étrangère.

    Créé après la Révolution islamique de 1979 pour protéger le système religieux chiite, le Corps des Gardiens de la révolution islamique est l'organisation de sécurité la plus puissante d'Iran. Il contrôle de grands secteurs de l'économie iranienne et exerce une influence considérable sur le système politique du pays.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    L’Iran rappelle aux États-Unis leur situation géographique
    L'Iran a «confisqué» un pétrolier britannique, des Russes sont à bord - images
    L’Iran «paiera un prix que personne n’a jamais payé» s’il attaque les USA, promet Trump
    Tags:
    Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI), guerre, bombardements, armée, bêtise, liste des organisations terroristes, Révolution islamique iranienne (1979), CENTCOM (United States Central Command), Brigades al-Qods, Daech, Sputnik, présidence américaine, Seyed Hadi Afgahi, Hasan Shemshadi, Irak, Afghanistan, Vietnam, Proche-Orient, Golfe persique, Nagasaki, Hiroshima, États-Unis, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik