Ecoutez Radio Sputnik
    Nicolas Maduro

    Maduro: Mike Pence «m'a comparé à Hitler», mais «les fascistes sont dans le Nord»

    © REUTERS / Marco Bello
    International
    URL courte
    10460
    S'abonner

    Répondant au vice-Président américain Mike Pence qui l’avait comparé à Adolf Hitler, Nicolas Maduro a fustigé le soutien apporté par les États-Unis aux invasions et aux coups d'État, dénonçant les «800 bases militaires dans le monde» en leur possession.

    Le Président Nicolas Maduro a vivement critiqué mercredi le vice-Président américain Mike Pence, lequel avait dressé un parallèle entre le gouvernement vénézuélien et l'Allemagne nazie lors de son discours à l'Onu.

    «Mike Pence m'a comparé à Adolf Hitler», a-t-il déclaré dans une allocution télévisée, avant d'ajouter qu'Adolf Hitler se situait «de l'autre côté» de l'hémisphère.

    «Les suprématistes, les fascistes, les racistes ne sont pas au Venezuela, mais au Nord», a-t-il lancé.

    «Jamais de la vie je ne vous ai ordonné d'envahir une autre ville et je ne le ferai jamais», a ajouté M. Maduro. Avant de poursuivre: «Nous ne sommes pas un peuple qui possède des bases militaires dans le monde, comme vous M. Pence, avec 800 bases militaires dans le monde. Ils envahissent, ils bombardent les peuples du monde».

    La crise politique au Venezuela a éclaté quand l'opposant Juan Guaido, renvoyé le 22 janvier du poste de président de l'Assemblée nationale sur décision de la Cour suprême, s'est autoproclamé le lendemain «Président en exercice du pays», prêtant serment dans la rue.

    Plus d'une cinquantaine de pays, les États-Unis en tête, l'ont reconnu comme chef d'État légitime. Le Président réélu Nicolas Maduro a quant à lui dénoncé une tentative de coup d'État orchestrée par l'opposition avec le soutien de Washington. La Russie, la Chine et plusieurs autres pays ont apporté leur soutien à Nicolas Maduro.

    Tags:
    fascisme, Adolf Hitler, Mike Pence, Nicolas Maduro, États-Unis, Venezuela
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik