International
URL courte
Arrestation de Julian Assange à Londres, 2019 (82)
21562
S'abonner

Le leader du Parti travailliste britannique Jeremy Corbyn a appelé le gouvernement de son pays à s'opposer à l'extradition vers les États-Unis du fondateur du site WikiLeaks, lequel avait révélé des atrocités commises par des soldats américains en Irak et en Afghanistan. Theresa May a salué l'arrestation d'Assange.

Le leader de l'opposition travailliste britannique Jeremy Corbyn s'est opposé à l'extradition vers les États-Unis du lanceur d'alerte Julian Assange, par ailleurs fondateur du site WikiLeaks.

«Le gouvernement britannique devrait s'opposer à l'extradition de Julian Assange vers les États-Unis pour avoir révélé des preuves d'atrocités [commises] en Irak et en Afghanistan», a-t-il écrit sur son compte Twitter.

​La demande d'extradition américaine devra être examinée par le tribunal de Westminster le 2 mai.

La Première ministre britannique a quant à elle a salué cette arrestation, indiquant que «personne n'est au-dessus des lois».

Julian Assange a été arrêté jeudi dernier par la police britannique à l'ambassade d'Équateur de Londres où il avait trouvé asile en 2012 afin d'échapper à une extradition vers la Suède, pays dans lequel il était recherché pour viol et agression sexuelle. Le lanceur d'alerte craint d'être extradé vers les États-Unis où il est poursuivi pour la divulgation de nombreux secrets militaires et documents diplomatiques américains.

Dossier:
Arrestation de Julian Assange à Londres, 2019 (82)

Lire aussi:

Cette question sur Napoléon fait éclater de rire Élisabeth Moreno – vidéo
Washington en train de préparer des cyberattaques contre la Russie, selon le New York Times
La lettre d’un violeur publiée par Libé en Une pour la Journée des droits des femmes suscite de vives réactions
«On a essayé de me punir», dit l'un des deux professeurs accusés d'islamophobie à Science Po Grenoble
Tags:
extradition, WikiLeaks, Jeremy Corbyn, Theresa May, Julian Assange, Equateur, Royaume-Uni, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook