International
URL courte
Arrestation de Julian Assange à Londres, 2019 (39)
352834
S'abonner

Le mouvement de hackers Anonymous a publié sur son site une dénonciation de l’arrestation à Londres du lanceur d’alerte Julian Assange, doublée d’un avertissement lancé aux autorités britanniques contre son extradition vers les États-Unis.

Des hackers d'Anonymous ont menacé de se venger de l'arrestation du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, sur l'establishment britannique. «Libérez Assange ou vous allez le payer!», ont-ils écrit sur leur site Anonews.

M. Assange a été nominé pour le prix Nobel de la paix tous les ans depuis 2010, année où sa cause a commencé à attirer l'attention des médias internationaux, souligne le texte. «Il est très apprécié des peuples du monde, en particulier de ceux qui ont la capacité de voir à travers la propagande qui justifie la politique étrangère du gouvernement des États-Unis et de leurs alliés».

Réfugié depuis 2012 dans l'ambassade équatorienne à Londres, le fondateur de WikiLeaks Julian Assange a fini par être arrêté jeudi 11 avril en vertu d'une demande d'extradition américaine pour «piratage informatique» et d'un mandat délivré par la justice britannique pour non présentation au tribunal.

Anonymous est un mouvement de hackers et d'activistes. Les actions informatiques et physiques qui lui sont attribuées sont entreprises par des personnes non identifiées. Lors des manifestations physiques du collectif, ses membres sont généralement masqués. Ils se présentent comme des défenseurs du droit à la liberté d'expression sur Internet et en dehors.

Dossier:
Arrestation de Julian Assange à Londres, 2019 (39)

Lire aussi:

Plusieurs navires en proie aux flammes dans un port iranien - vidéos
La Russie teste un moteur électrique basé sur des technologies jamais utilisées
L’Armée de l’air d’un pays maghrébin classée première puissance en Afrique par Military Watch Magazine
Un astéroïde frôlera la Terre en septembre, passant cinq fois plus près que la Lune, avertit la NASA
Tags:
Anonymous, Julian Assange, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook