Ecoutez Radio Sputnik
    Julian Assange

    Équateur: l’ex-Président qui avait accordé l’asile à Assange bloqué sur Facebook

    © REUTERS / Peter Nicholls
    International
    URL courte
    10035

    L’ex-Président équatorien Rafael Correa a déclaré que sa page Facebook avait été bloquée après qu’il a critiqué le Président en exercice, Lenin Moreno, pour avoir retiré l’asile diplomatique au fondateur de WikiLeaks, Julian Assange.

    Le Président de l'Équateur de 2007 à 2017, Rafael Correa, a annoncé via Twitter que son compte Facebook avait été bloqué après qu'il a critiqué le Président en exercice, Lenin Moreno, pour avoir retiré l'asile à Julian Assange.

    «Ils ont bloqué ma page Facebook avec 1,5 million d'abonnés. Un nouveau pas dans la persécution brutale et une nouvelle manifestation de désespoir face à l'affaire INA papers à laquelle Moreno le corrompu ne pourra pas échapper. Pour cette seule raison, j'annoncerai une nouvelle page. Ne pas croire les "fakes"», a-t-il écrit.

    M. Correa avait précédemment déclaré que la décision du chef de l'État Lenin Moreno de priver d'asile Julian Assange était une trahison.

    Le 11 avril le Président équatorien, Lenin Moreno, a déclaré que Quito avait bien retiré à Julian Assange son statut d'asile diplomatique en raison de violations répétées des conventions internationales.

    Réfugié depuis 2012 à l'ambassade d'Équateur à Londres, le fondateur du site WikiLeaks, Julian Assange, a été arrêté le même jour. Selon Wikileaks, l'ambassadeur équatorien a «invité» la police pour l'arrêter.

    S'il est extradé vers les États-Unis, Julian Assange pourrait être condamné à la peine de mort pour la publication de documents secrets, estiment certains experts. Toutefois, selon le ministère de la Justice des États-Unis, il n'encourt que jusqu'à 5 ans de prison.

    Le Président équatorien, Lenin Moreno, a déclaré que Londres lui avait garanti qu'il ne serait pas extradé vers les États-Unis où il pourrait être exposé à la torture, voire même être condamné à la peine capitale.

    Lire aussi:

    «Nous allons envoyer ces navires US au fond de la mer avec des armes secrètes», promet un général iranien
    La photo de l’homme à l’origine de l’explosion à Lyon publiée
    L'acte 28 se poursuit place de la République à Paris avec des gaz lacrymogènes
    Tags:
    asile, Facebook, Inc, Julian Assange, Lenin Moreno, Rafael Correa, Equateur
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik