Ecoutez Radio Sputnik
    Israël

    Israël impose un embargo d’une semaine à Gaza pour des questions religieuses

    CC0 / edu_castro27
    International
    URL courte
    3224

    Le premier jour de la Pâque juive, les autorités israéliennes ont fermé les postes frontières dans la bande de Gaza, a annoncé le service de Tsahal. Le blocus a commencé ce vendredi 19 avril et sera levé le 27 avril.

    Les postes frontières dans la bande de Gaza ont été fermées dans la nuit du 18 au 19 avril, le premier jour de la Pâque juive, Pessah, a déclaré le service de presse de l'État hébreu dans un communiqué. Il prendra fin samedi 27 avril.

    Le document stipule que la décision a été prise «suite à l'évaluation de la situation en matière de la sécurité». La traversée de la frontière ne sera possible que dans des circonstances exceptionnelles, y compris pour recevoir ou apporter une aide médicale ou humanitaire.

    Le blocus coïncide avec la célébration de la Pâque juive, Pessah en hébreu, qui est l'une des trois fêtes de pèlerinage du judaïsme prescrites par la Bible hébraïque.

    Récemment, une vidéo de menaces à l'encontre d'Israël est apparue sur Internet, indiquant que l'Eurovision, organisé cette année à Tel Aviv, sera pris pour cible si la situation humanitaire ne s'améliore pas pour les résidents de la bande de Gaza. «Vous êtes invités au grand événement», informe la vidéo en hébreu et en arabe sur fond d'images des festivités de l'Eurovision.

    Bien que le responsable du clip reste inconnu, ses auteurs se référent apparemment au cessez-le-feu entre l'État hébreu et le Hamas.

    Lire aussi:

    Ce successeur franco-hispano-allemand du Rafale a été dévoilé au Salon du Bourget (images)
    Attaque contre la Russie: le New York Times met en garde Trump après ses accusations de «haute trahison»
    Les États-Unis envisagent officiellement le recours à la force militaire contre l’Iran
    Tags:
    frontière, embargo, blocus, fête, Palestine, Bande de Gaza, Israël
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik