International
URL courte
1353
S'abonner

Le guide suprême de la République islamique Ali Khamenei a nommé le général de brigade Hossein Salami commandant en chef du corps des Gardiens de la révolution, rapporte la télévision d'État.

Le général de brigade Hossein Salami a été nommé au poste de commandant en chef du corps des Gardiens de la révolution islamique (GRI), rapportent dimanche les médias iraniens.

«Le guide suprême a nommé le général de brigade Hossein Salami commandant en chef du corps des Gardiens en remplacement de Mohammad Ali Jafari», a annoncé la télévision d'État sans spécifier les raisons de cette décision.

Plus tôt en avril, les États-Unis avaient placé les GRI sur leur liste noire des «organisations terroristes étrangères». L'Iran a en réaction dénoncé un «dangereux fiasco des États-Unis dans la région» et a annoncé désormais considérer les forces américaines au Moyen-Orient comme des «groupes terroristes».

Selon les évaluations de l'Institut international d'études stratégiques (IISS), le corps des Gardiens compte plus de 125.000 membres dont plus de 20.000 pour son corps naval.

Les Gardiens sont notamment chargés d'assurer la sécurité du Golfe persique et du détroit d'Ormuz, par où passent de nombreux navires de guerre états-uniens et des pétroliers, ainsi que de gérer des programmes de développement balistique qui suscitent une vive opposition des puissances occidentales.

Lire aussi:

La mère de Yuriy accusée d'exploitation de femmes de ménage ukrainiennes, selon Libération
Il braque un bar-tabac dans l'Oise puis entame une carrière de gendarme en Turquie
AstraZeneca refuse de participer à une réunion avec l'UE sur ses retards de production du vaccin
Yuriy est soupçonné d’appartenir à une bande violente et d’être connu des services de police
Tags:
programme balistique, sécurité, terrorisme, Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI), Institut international pour les études stratégiques (IISS), Mohammad Ali Jafari, Hossein Salami, ayatollah Ali Khamenei, Détroit d'Ormuz, Golfe persique, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook