Ecoutez Radio Sputnik
    An aerial view of Kabul, Afghanistan January 1, 2017

    Selon l’Onu, les forces US et afghanes ont tué plus de civils que les Talibans début 2019

    © REUTERS / Mohammad Ismail
    International
    URL courte
    4123

    Au premier trimestre 2019, les opérations des forces américaines et afghanes ont coûté la vie à 305 civils alors que les attaques des Talibans* ont fait lors de cette période 227 victimes civiles.

    Pour la première fois, les forces américaines et afghanes ont tué davantage de civils que les Talibans*, indique la Mission d'assistance des Nations unies en Afghanistan (MANUA) dans un rapport portant sur le premier trimestre de 2019.

    Selon ce document rendu public mercredi 24 avril, les forces internationales et pro-gouvernementales ont été responsables de la mort de 305 civils au cours de la période concernée tandis que les attaques des Talibans* ont quant à elles coûté la vie à 227 civils, d'après la même source.

    La plupart des décès sont intervenus lors de frappes aériennes ou de missions de reconnaissance au sol, menées essentiellement par les forces afghanes, dont certaines «semblent agir en toute impunité», selon le rapport.

    L'année 2018 a été la plus meurtrière à ce jour pour les civils afghans avec 3.804 tués, selon la MANUA.

    Washington cherche à négocier un accord de paix entre les Talibans et le gouvernement afghan, plus de 17 ans après l'intervention US visant à chasser les islamistes du pouvoir.

    Pour leur part, les Talibans* refusent toujours tout contact avec le gouvernement afghan, qu'ils jugent aux ordres des États-Unis.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    Un policier assène des coups de pied et de poing à un interpellé déjà maîtrisé (vidéo)
    GNL américain: la Chine annonce la sentence
    L’avocat de Christian Quesada dégaine une information choc sur la sexualité de son client
    Tags:
    talibans, victimes, ONU, États-Unis, Afghanistan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik