Ecoutez Radio Sputnik
    Angela Merkel

    Quel avenir pour Angela Merkel après son départ de la chancellerie allemande?

    © Sputnik . Alexei Witwizkij
    International
    URL courte
    4012

    La popularité de l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) a chuté à 30%, selon un sondage de la chaîne de télévision allemande n-tv. Christian Schweiger, professeur invité à l'Université de technologie de Chemnitz, a parlé à Sputnik des perspectives politiques d’Angela Merkel, alors que son parti est affaibli face aux électeurs.

    La baisse de popularité de l'Union chrétienne-démocrate (CDU), parti de la chancelière allemande qui atteint désormais les 30%, s'explique principalement par un report des jeunes électeurs, entre 18 et 24 ans, de la CDU-CSU sur le parti des Verts, a déclaré à Sputnik Christian Schweiger, professeur invité à l'Université de technologie de Chemnitz.

    «Cette tendance s'est déjà manifestée l'année dernière, lors des élections régionales en Bavière et en Hesse. […] La récente passivité de Merkel face aux principales préoccupations du public, telles que la forte augmentation des loyers pour des locataires privés, le manque d'enseignants et de médecins, ainsi que les problèmes environnementaux, a également affecté la cote de popularité de la CDU», a détaillé l'expert.

    Et de rappeler que, tout au long de son quatrième mandat de chancelière, Angela Merkel restait relativement passive même quand il s'agissait de l'avenir de l'Union européenne.

    «Beaucoup ont jugé malhonnête une telle attitude, car elle s'était portée candidate pour ce quatrième mandat pour garantir la future stabilité de l'UE. En outre, Annegret Kramp-Karrenbauer [actuellement présidente fédérale de la CDU, ndlr] a repoussé les partisans libéraux du parti par ses déclarations réactionnaires lors des débats sur un "troisième sexe" et les mariages homosexuels», a poursuivi M.Schweiger.

    L'Allemand a par ailleurs commenté les rumeurs selon lesquelles, à l'expiration de son mandat de chancelière, Angela Merkel pourrait poursuivre sa carrière politique à la direction de l'Union européenne, rumeurs alimentées en grande partie par les propos très élogieux à son égard tenus par Jean-Claude Juncker.

    «À mon avis, les commentaires de Juncker illustrent à quel point il est éloigné de la réalité politique de l'Union européenne. Qui plus est, ses louanges à l'égard de Merkel ne font pas l'unanimité au sein de l'UE. Elle n'a pas profité de l'occasion offerte par les propositions de Macron pour élaborer un agenda cohérent de l'UE pour l'après-Brexit», a estimé l'analyste.

    Et d'ajouter qu'on ne savait même pas si Mme Merkel était elle-même intéressée à occuper un poste dans l'UE après la fin de son actuel mandat de chancelière.

    «Quoi qu'il en soit, je ne pense pas que Merkel soit un bon choix, par exemple, pour le poste de président du Conseil. Elle a trop compromis l'unité de l'Union européenne par son attitude intransigeante lors de la crise de la zone euro et sur le problème des migrations», a résumé l'expert.

    Lire aussi:

    Un avion fait un amerrissage d’urgence devant des vacanciers abasourdis aux USA – vidéo
    En Algérie, la première cause de la prolifération «inquiétante» du cancer est culinaire
    La Russie pourrait lancer une attaque surprise contre l’Europe, spécule Die Welt
    Tags:
    élections régionales, popularité, chute, environnement, homosexuel, poste, mandat, Brexit, Conseil européen, Parti vert allemand (Die Grünen), Union chrétienne-sociale (CSU) d'Allemagne, Union chrétienne-démocrate (CDU) d'Allemagne, Sputnik, Union européenne (UE), Emmanuel Macron, Annegret Kramp-Karrenbauer, Christian Schweiger, Jean-Claude Juncker, Angela Merkel, Hesse, Bavière, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik