International
URL courte
397316
S'abonner

Lors d’un déplacement en Sicile, le ministre de l’Intérieur et vice-président du conseil des ministres italien Matteo Salvini a abordé entre autres l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne et les sanctions antirusses. Sputnik a pu lui poser quelques questions.

La Turquie n'a rien à voir avec l'Europe, a déclaré le ministre de l'Intérieur et vice-président du conseil des ministres italien Matteo Salvini, répondant à la question de Sputnik au sujet d'une adhésion de ce pays à l'Union européenne.

«Depuis des décennies, nous dépensons des milliards d'euros pour persuader les Turcs d'adhérer à l'UE, alors que la Turquie n'a absolument rien à voir avec l'Europe», a relevé l'homme d'État.

Et d'ajouter qu'il préférerait l'adhésion russe à l'Union européenne.

«À vrai dire, je préférerais que la Russie adhère à l'Union européenne et non la Turquie. […] La Russie est beaucoup plus proche que la Turquie de notre Histoire, de notre culture, de notre économie et de notre tradition», a expliqué l'Italien.

Interrogé sur une éventuelle levée des sanctions antirusses, il a répondu:

«Ma position a toujours été et reste explicite, bien que certains médias continuent à chercher ces roubles que les Russes m'auraient donnés pour cette position à laquelle je me tiens gratuitement, parce que les sanctions contre la Russie sont inutiles, voire néfastes pour l'économie italienne et pour la résolution des problèmes sur le continent européen».

Le vice-président du conseil des ministres italien avait déclaré à maintes reprises par le passé que les sanctions antirusses étaient «dénuées de tout sens».

La Turquie a signé un accord d'association avec la CEE en 1963. Elle a déposé une demande d'adhésion à la CE en 1987. Mais les négociations entre l'UE et Ankara, qui n'ont commencé qu'en octobre 2005, ont été suspendues à plusieurs reprises en raison des différends entre les parties. 16 des 35 chapitres de négociation sont ouverts à ce jour, le dernier en date (ouvert en juin 2016) concernant les dispositions financières et budgétaires.

Les relations entre la Turquie et l'UE se sont dégradées après le coup d'État avorté en Turquie de juillet 2016. L'UE a critiqué les arrestations massives et d'autres mesures prises par Ankara après la tentative de coup d'État, et s'est opposée à l'ouverture de nouveaux chapitres de négociation.

Lire aussi:

Appels au boycott de produits français dans des pays musulmans
Netflix enregistre 800% de désabonnements en plus depuis septembre à cause des «Mignonnes»
Un élève-gendarme interrompt une attaque au couteau et interpelle l’agresseur
Il traite ses copains de «fils de porcs» dans le 93, sa mère refuse de s'excuser auprès de l'enseignant et l'insulte
Tags:
traditions, histoire, économie, culture, adhésion à l'UE, levée des sanctions, Sputnik, Union européenne (UE), Matteo Salvini, Sicile, Europe, Turquie, Russie, Italie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook