International
URL courte
18537
S'abonner

Les partis politiques eurosceptiques pourraient obtenir de 25 à 35% des votes lors des élections au Parlement européen fin mai, a annoncé l’ex-commissaire européen Michel Barnier. Cependant, les eurosceptiques ne pourront pas obtenir la majorité des sièges, a-t-il souligné.

Il est peu probable que les eurosceptiques obtiennent la majorité des sièges dans le nouveau Parlement européen qui sera renouvelé fin mai, a affirmé le négociateur en chef chargé de la préparation et de la conduite des négociations avec le Royaume-Uni Michel Barnier. Aucune force politique ne pourra prendre ses décisions de manière autonome sans participation à une coalition, a-t-il précisé.

L'homme politique a précisé qu'il faudrait trois ou quatre fractions pour former une majorité de coalition, lors de l'émission le Grand Jury RTL-LCI-Figaro le 28 avril.

Cela signifie que le Parti populaire européen (PPE), actuellement majoritaire au Parlement européen, devra travailler avec les socialistes, les libéraux, les centristes mais aussi avec les verts, d'après l'ancien commissaire européen. Ainsi, le futur Parlement serait divisé entre les forces populistes et les autres groupes, a-t-il relevé.

Cette configuration «sera obligatoire», selon lui.

En s'appuyant sur des sondages, qui «donnent à ces groupes populistes une force beaucoup plus importante qu'aujourd'hui», M.Barnier a estimé que les groupes des populistes, conservateurs et eurosceptiques pourraient obtenir entre 25 et 35% à l'issue des élections européennes.

Auparavant, la prévision du Parlement européen basée sur l'analyse des préférences politiques des citoyens de l'UE avait démontré que les partis des eurosceptiques pourraient augmenter leur présence au Parlement européen. Pour autant, le Parti populaire européen pourrait rester la plus grande fraction.

Lire aussi:

Un charmant petit golden retriever dort dans une gamelle – vidéo
Un Bordelais poignardé au cœur en pleine rue pour avoir demandé à des jeunes de ne pas uriner sur un mur
Pourquoi il est dangereux de boire du café pendant la canicule
La Turquie pose un ultimatum à l'armée de Khalifa Haftar
Tags:
populistes, partis politiques, élections européennes 2019, Parti populaire européen (PPE), Union européenne (UE), Parlement européen, Michel Barnier
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook