Ecoutez Radio Sputnik
    Nicosie

    Une valise avec des restes humains retrouvée au fond d'un lac toxique à Chypre

    CC BY 2.0 / sk12 / partial view of nicosia 2
    International
    URL courte
    2018

    Une valise contenant les restes d'un corps humain a été retirée d'un lac hautement toxique à Chypre par des policiers dans le cadre d'une enquête sur un tueur en série qui aurait assassiné sept personnes, a informé Sky News.

    Un militaire de l'armée chypriote, dénommé Nicos Metaxas selon les médias locaux, soupçonné d'être un serial killer a avoué qu'il avait tué cinq femmes et deux fillettes et avait placé les corps de certaines des victimes dans des valises avant de cacher celles-ci, a annoncé Sky News.

    L'une des valises a été repêchée le 28 avril dans le lac Kokkinopezoula, non loin de Nicosie. Elle contenait le corps d'une femme en état de décomposition, ont indiqué des sources policières citées par l'AFP.

    La police n'a pas encore identifié la victime. Le plongeur qui a récupéré la valise était vêtu d'une combinaison spéciale en raison de la forte toxicité de l'eau du lac polluée par les activités d'une ancienne mine de cuivre, a noté Sky News.

    La police poursuit la recherche des autres victimes qui étaient toutes des étrangères. Une équipe de policiers britanniques doit arriver lundi 29 avril sur l'île pour fournir son aide à l'enquête, a ajouté la chaîne.

    Pour l'instant, trois corps ont été retrouvés, le premier ayant été découvert par hasard il y a deux semaines par des touristes dans le puits d'une mine désaffectée, a rappelé l'AFP.

    Lire aussi:

    Donald Trump: la Marine US a abattu un drone iranien dans le détroit d'Ormuz
    Un hôtel UK s’est effondré à cause d'un important incendie – images
    Un avion fait un amerrissage d’urgence devant des vacanciers abasourdis aux USA – vidéo
    Tags:
    cuivre, plongeurs, victimes, corps humain, valises, lacs, police, tueur en série, SkyNews, AFP, Nicosie, Chypre
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik