Ecoutez Radio Sputnik
    Un véhicule de Daech* en Syrie, archives

    Armes contre djihadistes: «qu'ils soient jugés là où ils ont commis leurs méfaits»

    © AP Photo / Militant Photo
    International
    URL courte
    Maxime Perrotin
    22413

    Des combattants français de Daech*, détenus par les Kurdes syriens, seraient pris en charge par Bagdad en échange d'un soutien militaire de la France à l'Irak. Si 14 djihadistes seraient pour l'heure concernés, ils sont des centaines sur le chemin du retour. Pierre Conesa, ancien haut fonctionnaire au ministère de la Défense, analyse la situation.

    «Je ne suis pas pour que l'on fasse du juridisme droit-de-l'hommiste vis-à-vis de ces gens-là!», tranche à notre micro Pierre Conesa, essayiste et ancien haut fonctionnaire au ministère de la Défense. «Qu'ils soient jugés dans le pays où ils ont commis leurs méfaits me paraît tout à fait normal sur le plan éthique et même sur le plan juridique.»

    La France aurait offert du matériel militaire à l'Irak en échange de la prise en charge par Bagdad de combattants français de l'État islamique* capturés par les Kurdes syriens, selon notre confrère du Figaro, Georges Malbrunot, grand reporter, spécialiste du Moyen-Orient.

    Quatorze individus seraient pour l'heure concernés.

    Un nombre qui correspond à celui des djihadistes «français et pour certains d'origine arabe» remis fin février aux autorités irakiennes par les forces kurdes syriennes, comme les présentaient le site de la chaîne d'information Kurdistan 24, soulignant que tous avaient «eu une formation militaire et religieuse en Syrie» et «tous ont été mariés en Syrie, certains plusieurs fois, et ont des enfants.»

    Pour notre intervenant, auteur notamment de La fabrication de l'ennemi (Éd. Robert Laffont, 2011) et du Guide du petit djihadiste (Éd. Fayard, 2016), au-delà du nombre, cette mesure «inédite» est une question de principe vis-à-vis des populations civiles qui ont subi les atrocités des djihadistes ces sept dernières années.

    «Comment expliquer aux victimes syriennes et irakiennes, qui ont subi les méfaits de ces types, que parce qu'ils sont Français on va les ramener chez nous?», s'interroge Pierre Conesa. «C'est tout à fait scandaleux sur le plan moral vis-à-vis de ces gens, ce sont eux qui ont subi les cinq ans de guerre et on va leur expliquer que parce que ces braves gens sont Français, il faut qu'ils fassent attention à les condamner selon les normes de notre droit à nous.»

    Rééquilibrage de la position de Paris- plus favorable au gouvernement central irakien au détriment des Kurdes irakiens- négociation quant au maintien d'une présence militaire française en Irak ou encore possible cession des canons automoteurs Caesar de l'armée française opérant dans le nord du pays, seraient les contreparties possibles de cette prise en charge par Bagdad des djihadistes français, d'après les informations du journaliste du Figaro.

    «Ils ont bien joué», concède Pierre Conesa quant à ce coût pour la France. Un coût pour ne pas revoir ces individus qui ont «eux-mêmes renoncé à la nationalité française» et «se sont eux-mêmes opposés à l'armée française», qui intervenait en Irak dans le cadre de la coalition internationale, comme le souligne l'essayiste, qui estime ainsi qu'«il y a toutes les conditions pour la déchéance de nationalité».

    «Ici, on risque d'avoir des dossiers totalement incomplets, dans lesquels on n'aura pas la preuve matérielle qu'ils ont commis des actes délictueux, qu'ils ont réduit des familles yézidies en esclaves sexuels, etc. on n'aura pas tout cela! Ceux qui ont quand même le plus de chance de réunir des témoins, d'avoir des éléments de preuve des méfaits qu'ils ont commis, c'est quand même là-bas, ce n'est pas ici…», ajoute Pierre Conesa.

    De manière plus générale, l'Irak réclame «deux milliards de dollars» aux membres de la coalition internationale en échange du jugement de leurs ressortissants ayant évolué dans les rangs de Daech*, tout en se réservant le droit de réclamer par la suite «plus d'argent pour couvrir les frais engendrés par leur détention», d'après les dires d'un responsable gouvernemental cité par l'AFP au début du mois d'avril. De son côté, Libération rappelait que le pays avait «déjà condamné à mort ou à la prison à perpétuité plusieurs centaines d'étrangers».

    «Les conditions mêmes de la négociation me paraissent assez logiques. On va leur demander de garder- de juger- là-bas pour ne pas avoir à s'en occuper ici, ce qui est quand même une décharge que j'approuve. Et en même temps, il faut aider ce pays à se reconstruire»,

    insiste Pierre Conesa, qui souligne l'aide indispensable à apporter à ce pays ravagé par la guerre et les attentats islamistes depuis l'intervention militaire américaine en mars 2003. «C'est toute l'ambiguïté de ce conflit. On a participé, nous aussi, à des destructions de guerre. On a effectué des bombardements et on n'a pas encore inventé la bombe qui ne tue que le terroriste», ajoute cet ancien haut-fonctionnaire du ministère de la Défense.

    Il faut dire qu'aussi louables purent être les intentions de la coalition internationale anti-Daech* menée par les États-Unis, les victimes collatérales n'en restent pas moins… des victimes. Pour la seule bataille de Mossoul, qui s'étala sur neuf mois, entre 9.000 et 11.000 civils auraient été tués selon Associated Press. «Un taux de victimes civiles près de 10 fois plus élevé que ce qui a été indiqué dans un premier temps», souligne l'agence.

    Une tendance de la coalition à sous-évaluer les pertes civiles que l'on retrouve également à Raqqa, ancienne «capitale» de l'organisation terroriste en Syrie. Alors que les critiques des responsables politiques et médiatiques occidentaux fusaient à l'encontre des frappes russes sur Alep, le bilan des frappes aériennes menées par les pays de la coalition menée par les États-Unis n'en reste pas moins désastreux pour les populations, avec 1.600 civils tués, selon Amnesty International, contre seulement 174 officiellement reconnus par la coalition.

    Des pertes civiles, des destructions, résultant de la lutte contre l'expansion de l'État islamique* qui s'ajoutent à l'hécatombe provoquée par l'intervention militaire américaine de 2003. Selon différentes estimations, depuis cette date, le décompte des «morts violentes» en Irak s'étale entre une centaine de milliers à plus d'un million.

    «Nous avons continué à détruire ce pays —en particulier les Américains-, donc c'est vrai qu'il y a une responsabilité occidentale dont on ne peut pas se défaire en disant "gardez vos djihadistes et reconstruisez votre pays"», insiste-t-il.

    Alors que médiatiquement, les enfants continuent d'occuper une place importante- ils seraient 500 enfants, dont 150 nés sur zone selon les estimations des autorités françaises- le retour des djihadistes en France reste une question particulièrement sensible. «À peu près 200 adultes et 80 enfants» seraient déjà rentrés des théâtres d'opérations, déclarait fin mars sur BFMTV, la Garde des Sceaux, Nicole Belloubet, assurant que ceux-ci restaient «extrêmement surveillés.»

    Il faut dire que si ces individus seraient «en détention, où ils sont sous contrôle» selon la ministre, ceux-ci seront appelé à sortir de prison un jour, tout comme les individus condamnés pour terrorisme et dont la libération a récemment fait polémique. À titre d'exemple, un père et son fils ayant passés 18 mois dans les rangs de Daech* ont été condamnés en septembre 2018 à respectivement huit et 10 ans d'emprisonnement. Un traitement qui tranche avec la peine capitale encourue par les membres —combattant ou non- des organisations terroristes en Irak.

    Une peine de mort «théorique» dans le cas de ces membres français de Daech, les avocats et les familles des membres de l'organisation terroriste ayant fait valoir leur crainte d'une justice irakienne «expéditive». Ainsi, la position défendue de la France et rappelée par Emmanuel Macron en avril 2018 est d'intervenir en cas de condamnation à mort afin de commuer une telle peine en emprisonnement à vie. Une issue qui, comme évoqué plus tôt, pourrait pousser les autorités irakiennes à demander à la une contrepartie financière France.

    «On a cette posture surprenante où l'on va défendre à l'étranger un type —quelle que soit la gravité de ses actes- parce qu'il est Français. C'est quand même très choquant. Il ne faut pas dénaturer la justice dans laquelle un individu commet un délit. Celui qui fait du trafic de drogue en Colombie sait très bien qu'il risque la peine de mort. Est-ce qu'on doit intervenir pour empêcher qu'il soit condamné à mort?»,

    assène Pierre Conesa, qui espère que cette décision française concernant ces quatorze djihadistes incitera d'autres capitales européennes à emboîter le pas de Paris sur ce dossier.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    La canicule fait ses premiers morts en France
    Une femme décédée pendant 27 minutes raconte ce qu'elle a vu et vécu
    L’éruption de la «bouche de l’enfer» dans les Kouriles après 100 ans de sommeil tue tout ce qui vit (images)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik