Ecoutez Radio Sputnik
     la frontière entre la Tunisie et la Libye

    Une attaque contre un camp de Haftar en Libye revendiquée par Daech, plusieurs victimes

    © REUTERS / Zohra Bensemra
    International
    URL courte
    5013
    S'abonner

    Un camp de l'Armée nationale libyenne (ANL), sous le commandement du maréchal Khalifa Haftar, situé à Sebha, dans le sud de la Libye, a été attaqué ce samedi 4 mai, a indiqué une source à Sputnik. Au moins neuf personnes y ont trouvé la mort, l’attaque a été revendiquée par Daech*, relate l’AFP.

    Au moins neuf personnes ont perdu la vie dans une attaque contre un camp de l'Armée nationale libyenne (ANL), dirigée par le maréchal Khalifa Haftar, qui a été par la suite revendiquée par Daech*, écrit l'AFP. Une source a fait savoir à Sputnik que la cible était notamment l'état-major du bataillon 106 situé dans la ville libyenne de Sebha.

    «L'attaque visait l'état-major du bataillon 106 dans le quartier militaire de Sebha, dans le nord-est de la ville», a précisé la source.

    À la mi-journée, l'attaque a été revendiquée par Daech* qui a affirmé, dans un communiqué auquel se réfère l'AFP, avoir «tué et blessé» 16 personnes.

    Un porte-parole du Centre médical de Sebha (CMS), Oussama al-Wafi, a toutefois fait savoir à l'agence de presse qu'«aucun blessé» n'est arrivé au CMS.

    Sebha, chef-lieu de la province du même nom, qui est située à 700 km au sud de Tripoli, est contrôlée par l'Armée nationale libyenne du maréchal Khalifa Haftar.

    La Libye est plongée dans le chaos depuis le renversement du gouvernement et le meurtre de Mouammar Kadhafi en 2011. Le pays est divisé entre plusieurs entités rivales, avec notamment la présence à Tripoli du Gouvernement d'union nationale de Fayez el-Sarraj, soutenu par l'Onu et l'UE, et dans l'est, d'un parlement élu par le peuple et appuyé par l'Armée nationale libyenne du maréchal Haftar.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Tags:
    terrorisme, victimes, camp, attaque, Khalifa Haftar, Libye
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik