International
URL courte
3132
S'abonner

Un couple fortuné a été débarqués d’un vol de la compagnie aérienne Air New Zealand suite à son refus de prendre connaissance des règles de sécurité. Comme si de rien n’était, la passagère a ensuite réservé des places chez un concurrent, Jetstar, relate The Daily Mail.

En Nouvelle-Zélande, un couple fortuné a été débarqué à Wellington d'un avion de la compagnie aérienne Air New Zealand à destination d'Auckland après avoir refusé de lire une notice de sécurité ou de regarder une vidéo, a rapporté The Daily Mail.

Selon des témoins de la scène, ces deux passagers qui devaient consulter la notice de sécurité ont refusé sans se détacher de leurs portables.

«L'hôtesse de l'air était très gentille et leur a demandé une nouvelle fois de lire les règles de sécurité, mais la femme a mis ses doigts dans ses oreilles», a déclaré un passager.

Après cela, le couple a été débarqué et le départ retardé de 25 minutes.

«Si vous pensez qu'ils étaient embarrassés ou déçus, vous vous trompez. Ce qui se passait les amusait», a confié une autre passagère.

Elle a ajouté que la femme a ensuite procédé à une nouvelle réservation à haute voix pour un vol de la compagnie rivale Jetstar après avoir été informée que la police l'attendait.

«Les passagers recevront un avis d'infraction en vertu des règles de l'Autorité de l'aviation civile relatives à l'utilisation du téléphone portable», a déclaré une porte-parole de la police néo-zélandaise à ce sujet.

Lire aussi:

La France constate une forte baisse du nombre de nouveaux cas quotidiens de Covid-19
Troisième dose de vaccin: «Cela fait partie du plan de développement économique et actionnarial des labos»
En Seine-Saint-Denis, ces deux prénoms sont les plus donnés aux bébés depuis 2018
La politique vaccinale en France «fait assez sourire en Belgique», selon un épidémiologiste
Tags:
Nouvelle-Zélande, Wellington, Auckland, Air New Zealand, passager, sécurité, hôtesse de l’air, réservation
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook