International
URL courte
0 32
S'abonner

En Belgique, des policiers bénéficieront prochainement d'une application pour smartphone leur permettant d'effectuer des interventions plus facilement. Ainsi, ils disposeront d'informations sur la nature du terrain et les personnes impliquées. Le système sera testé dans la zone de police d'Anvers, précise le quotidien belge Het Nieuwsblad.

Les policiers effectuant des opérations sur le terrain disposeront bientôt, sur leur smartphone, d'une application avec toutes les informations nécessaires, a annoncé le quotidien belge Het Nieuwsblad. Ainsi, ils ne seront plus obligés d'attendre que ces données leur soient communiquées par leur centrale et connaîtront, en un seul clic, tous les détails importants.

Ainsi, en cas de conflit qui menace de devenir incontrôlable, la patrouille de police recevra l'adresse des faits sur un smartphone qui lui permettra de visualiser le quartier et ses environs, ainsi que ses caractéristiques (forêt, canal, réseau routier). En outre, les agents pourront y afficher les bases de données et ainsi consulter l'identité des personnes impliquées, savoir si elles ont un casier judiciaire et pour quels faits. Ils pourront également savoir si quelqu'un dans le quartier possède une arme à feu. Si l'intervention de police dure plus longtemps que prévu, des renforts seront envoyés.

Ces informations étant confidentielles, une grande attention a été accordée à la sécurisation de l'accès à celles-ci: le système disposera d'un double cryptage afin d'en assurer la sécurité, selon Het Nieuwsblad.

Le projet a vu le jour dans la zone de police d'Anvers, où il sera testé, mais il bénéficie d'ores et déjà d'un large soutien et 80 zones de police s'y sont déjà intéressé.

Lire aussi:

Rouée de coups et laissée nue en pleine nuit au bord de la route
Référendum climat: «Emmanuel Macron est le plus grand prestidigitateur qu’on ait eu depuis très longtemps»
Fiasco du vaccin français: «Nous assistons au dépérissement total de l’industrie française»
Joe Biden commente la lettre laissée par Donald Trump dans le Bureau ovale
Tags:
confidentialité des données, arme à feu, renforts, identité, base de données, conflit, application, smartphones, police, Het Nieuwsblad, Anvers, Belgique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook