Ecoutez Radio Sputnik
    Deux F-35

    Les USA examinent de possibles alternatives à la Turquie pour la fabrication des F-35

    © REUTERS / Australian Defence Force
    International
    URL courte
    6126

    Tout en espérant que la Turquie renonce finalement à l'achat de systèmes russes S-400, le Pentagone a toutefois commencé à examiner différentes options en vue de trouver des alternatives aux entreprises turques impliquées dans la fabrication des chasseurs américains F-35.

    Compte tenu du fait que la Turquie ne veut pas renoncer à l'achat de systèmes russes S-400, les États-Unis cherchent des entreprises, américaines ou étrangères, qui pourraient remplacer les turques dans le cadre de la production de composants pour les chasseurs F-35, a indiqué la secrétaire adjointe à la Défense, Ellen Lord, lors d'une conférence de presse.

    «Depuis un certain temps, nous travaillons en examinant des alternatives aux fournisseurs turcs dans le cadre de la fabrication des F-35. Toutefois, nous continuons à travailler avec la Turquie et nous espérons qu'elle choisira pour sa défense antiaérienne un système qui est conforme aux normes de l'Otan», a-t-elle déclaré, sans préciser le temps nécessaire à la sélection de remplaçants à la Turquie.

    Pour le moment, la Turquie fabrique des éléments du fuselage, du train d'atterrissage et du cockpit pour les avions F-35. Fin avril, une source proche du dossier a déclaré à Reuters que Lockheed Martin Corp ne voyait pas de problème à trouver un remplaçant à la Turquie. Selon la même source, la recherche d'une alternative pourrait ralentir la production à l'usine de Lockheed Martin d'environ trois mois. Par exemple, le fuselage central, produit à Ankara, pourrait être fabriqué par Northrop Grumman Corp, une compagnie qui en crée déjà en Californie.

    Fin 2017, Ankara a signé avec Moscou un contrat estimé à plus de 2,1 milliards d'euros pour la livraison de S-400, prévue en juillet 2019. Selon le ministre turc de la Défense nationale, Hulusi Akar, Ankara commencera à déployer les S-400 sur son territoire en octobre prochain.

    Washington a prévenu Ankara que le contrat conclu avec Moscou pourrait remettre en cause l'achat d'avions de chasse furtifs F-35 à Lockheed Martin. Pourtant, Recep Tayyip Erdogan a promis que son pays ne reviendrait pas sur sa décision d'acheter des S-400.

    Fin avril, le dirigeant turc a proposé à Donald Trump de mettre en place un groupe de travail commun consacré au S-400.

    Lire aussi:

    Deux Eurofighter de l'armée allemande entrent en collision, un pilote tué (vidéos)
    «Je m’en fous des Européens», lance Trump
    Une femme frappée par une bande en plein Paris durant la Fête de la musique (vidéo)
    Tags:
    S-400, Ellen Lord, France, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik